éternel Japon

embleme famille impériale
-- L'Empire du soleil levant --

icone siteSanctuaires et temples

Sommaire :


1/ Le sanctuaire shintō

isonokami jingu
Porte du sanctuaire shintō « Isonokami-jingū » (石上神宮), préfecture de Nara.

Les sanctuaires shintōs, appelés le plus souvent « jinja » (神社) en japonais, sont des lieux de culte du shintoïsme. On parle parfois aussi de « jingū » (神宮), ou simplement « miya » (宮), voire de « taisha » (大社, littéralement « grand sanctuaire »).

amenagement sanctuaire shinto
Aménagement d'un sanctuaire shintō

Pour exemple, la disposition d'un sanctuaire shintō peut être décrite de cette manière :

1/ Torii (鳥居), porte symbolique séparant l'enceinte sacrée de l'environnement profane

2/ Ishidan (石段), escalier de pierre

3/ Sandō (参道), bordée de lanternes appelées tōrō (灯籠, 5)

4/ Chōzuya (手水舎), bassin couvert où les fidèles peuvent se purifier

5/ Tōrō (灯籠), lanternes

6/ Kagura-den (神楽殿), palais de la danse rituelle kagura

7/ Shamusho (社務所, bureau du temple) où l'on peut acheter des cartes ou plaques votives, des amulettes et autres divinations

8/ Emakake (絵馬掛け), où sont pendues les plaques votives

9/ Setsumatsusha (摂末社), sanctuaire auxiliaire

10/ Statues de Koma-inu (狛犬), littéralement « chien de Koguryō »

11/ Haiden (拝殿), bâtiment de culte

12/ Tamagaki (玉垣), clôture sacrée

13/ Honden (本殿), bâtiment principal, appelé aussi « Shinden »

On trouve à l'intérieur du sanctuaire les symboles shintō classiques : « shimenawa » (注連縄, corde en paille de riz) et « gohei » (御幣, bande de papier pliée en zigzag), utilisés pour marquer la présence d'un kami.

torii isonokami
Torii du sanctuaire d'Isonokami
shimenawa gohei
« Shimenawa » (corde) et « gohei » (bandes de papiers pliées).

Le sanctuaire est gardé par les prêtres, appelés « kannushi » (神主) ou « shinshoku » (神職), et par leurs assistantes, les « mikos » (巫女). Le prêtre en chef est appelé « guji » (宮司).


CONSEILS :
Les règles d'usage veulent que l'on s'incline vers l'avant devant le « torii » (1), avant donc de franchir cette porte sacrée du sanctuaire. Il faut ensuite se purifier, c'est à dire se laver les mains et se rincer la bouche au bassin (4) « chōzuya » (手水舎) à l'aide de la louche appelée « hishaku » (柄杓).

chozuya hishaku
« Chōzuya » (bassin) et « hishaku » (louche).

2/ le temple bouddhique

Le mot japonais pour « temple bouddhique » est « tera » (寺), et le même kanji possède également la prononciation « ji », ou « jiin » (寺院) en japonais, aussi les noms de temples se terminent-ils souvent en « -ji » ou « -tera ». Il existe encore une autre terminaison, « -in » (院), utilisée normalement pour les temples de moindre importance.

konpon chodo enryaku ji
« Konpon-chōdō » du temple « Enryaku-ji » (延暦寺), Kyōto.
plan horyu ji
Plan du temple « Hōryū-ji », préfecture de Nara.

On peut trouver devant la ou les portes (門, « mon », A sur le plan) du temple des statues de « Niō », ou comme pour un sanctuaire shintō des statues de « komainu » (狛犬).


Il y a trois bâtiments essentiels dans un temple japonais, reliés ou non par un cloître appelé « kairō » (回廊, B) :

_ le bâtiment principal (C) : « kondō » (金堂, littéralement « salle d'or ») ou « honden » (本殿, littéralement « palais principal »), ou « butsuden » (仏殿, littéralement « palais de Bouddha ») dans le bouddhisme zen ;

_ la pagode (塔, « tō », D), généralement de trois ou cinq étages, absente dans le zen ;

_ et la salle d'études (講堂, « kōdō », E), ou salle de « dharma » (法堂, hōdō) dans le zen : celle-ci peut être à l'intérieur ou à l'extérieur de l'enceinte, reliée ou non par le corridor.

On peut également y trouver :

_ un « entrepôt de sūtras » (経蔵, « kyōzō », F) ;

_ un beffroi (鐘楼, « shōrō », G), qui n'est cependant pas dans une tour ;

_ mais aussi un réfectoire/une cantine (食堂, « jikidō »), une cuisine appelée « kuri » (庫裡) et un dortoir (僧房, « sōbō »).

3/ Sanctuaires shintōs et temples bouddhiques principaux

regions japon
Régions du Japon

Quelques temples classés par régions parmi les dizaines de milliers de sanctuaires et temples japonais :

a/ Région de Hokkaidō (北海道)

ebetsu
Torii du temple d'Ebetsu (江別神社), préfecture d'Hokkaidō.
hokkaido jingu
Hokkaidō-jingū (北海道神宮), préfecture d'Hokkaidō.

b/ Région du Tōhoku (東北地方)

iwakiyama jinja
Haiden du Iwakiyama-jinja (岩木山神社), préfecture d'Aomori.
Saruka jinja
Haiden du Saruka-jinja (猿賀神社), préfecture d'Aomori.
komagata jinja
Komagata-jinja, préfecture d'Iwate.
morioka hachiman gu
Morioka Hachiman-gū (盛岡八幡宮), préfecture d'Iwate.
osaki hachiman gu
Ōsaki Hachiman-gū (大崎八幡宮), préfecture de Miyagi.
shiogama jinja
Shiogama-jinja (鹽竈神社), préfecture de Miyagi.
sanjin gassaiden
Sanjin Gassaiden, préfecture de Yamagata.
kumano taisha
Kumano-taisha (熊野大社), préfecture de Yamagata.
isasumi jinja
Isasumi-jinja (伊佐須美神社), préfecture de Fukushima.

c/ Région du Kantō (関東地方)

futarasan jinja
Mur d'enceinte du Futarasan-jinja (二荒山神社), préfecture de Tochigi.

Le « Nikkō Tōshō-gū » (日光東照宮, Nikkōtōshōgū) est un sanctuaire shintō de type tōshōgū de la préfecture de Tochigi. Il se situe près de la ville de Nikkō, dans le parc national de Nikkō, il fait aussi partie des sanctuaires et temples de Nikkō. On y trouve les trois singes de la sagesse.

nikko tosho gu
Nikkō Tōshō-gū (日光東照宮), préfecture de Tochigi.

Le « Kasama Inari-jinja » est un des trois plus grands sanctuaires « Inari Okami » au Japon, ayant obtenu l'ancien rang de premier niveau de cour. Selon les légendes associées au sanctuaire, il est fondé en 651 durant le règne de l'Empereur Kotoku, ce qui renvoie à une histoire qui remonte à plus de treize siècles.

kasama inari jinja
Kasama Inari-jinja (鹿島神宮), préfecture d'Ibaraki.

Le « Kashima-jingū » (鹿島神宮) est un sanctuaire shintō situé à Kashima, dans la préfecture d'Ibaraki. Il est l'un des sanctuaires les plus connus de la région du Kantō. Son âge exact est inconnu, mais une légende indique qu'il daterait de l'an 660 avant Jésus-Christ.

La divinité tutélaire du sanctuaire, « Takemikazuchi-no-mikoto » (武甕槌大神) - mentionnée également dans les plus anciens mythes en tant que divinité ancestrale de la puissante famille Fujiwara - était importante pour le culte des kamis de l'antique cour du Tennō (empereur du Japon). Pour cette raison, le sanctuaire de Kashima porte le titre de « Palais des dieux » (神宮, jingū) et fait partie du Chokusaisha, un groupe de sanctuaires recevant à intervalles réguliers des présents de l'empereur (ici, tous les six ans). Il était, à l'origine (comme les sanctuaires d'Ise et de Katori) et jusqu'au 15ème siècle, démoli tous les vingt ans puis reconstruit à la suite.

kasama jingu
Kashima-jingū (鹿島神宮), préfecture d'Ibaraki.
haruna jinja
Honden du Haruna-jinja (榛名神社), préfecture de Gunma.
chichibu jinja
Chichibu-jinja (秩父神社), préfecture de Saitama.

Le sanctuaire « Hikawa » (氷川神社, Hikawa-jinja), situé dans le district d'Ōmiya à Saitama, est un sanctuaire majeur de la religion shintō. Situé derrière trois torii en bois, il aurait 2 400 ans d'âge. Autour du sanctuaire se trouvent un grand parc possédant de nombreux cerisiers japonais ainsi qu'un zoo et un musée.

Pas moins de 290 sanctuaires affiliés existent à travers le Japon. Tous nommés Hikawa, ils vouent un culte aux trois divinités de la religion shintō : « Susanoo », frère d'Amaterasu la déesse du soleil, son épouse « Kushinadahime » et « Ōkuninushi », le maître du monde invisible des esprits et de la magie.

hikawa jinja
Hikawa-jinja (氷川神社), préfecture de Saitama.
washinomiya jinja
Torii du Washinomiya-jinja (鷲宮神社), préfecture de Saitama.
awa jinja
Awa-jinja (安房神社), préfecture de Chiba.
funabashi daijingu
Funabashi-daijingū (船橋大神宮), préfecture de Chiba.

Le Katori-jingū (香取神宮) est un sanctuaire shintō situé dans la ville de Katori, préfecture de Chiba. C'est un sanctuaire auquel sont affiliés environ 400 sanctuaires Katori dans tout le pays (essentiellement dans la région de Kantō). Son âge exact est inconnu. Selon la légende du sanctuaire et le Hitachi Fudoki (ancien document historique), il est construit en l'an 643 avant Jésus-Christ.

katori jingu
Katori-jingū (香取神宮), préfecture de Chiba.
tamasaki jinja
Tamasaki-jinja (玉前神社), préfecture de Chiba.

Les « Tōkyō-jissha » (東京十社), les « dix sanctuaires de Tōkyō », sont dix sanctuaires shintō de Tōkyō, choisis par l'empereur Meiji le 8 novembre 1868 et élevés au rang de « shakaku » (社格). Ils se trouvent autour du palais impérial de Tōkyō. Les sanctuaires sont des envoyés de Tenno qui prient là pour le salut de la nouvelle capitale du Japon et la prospérité du peuple.

Au cours de l'ère Meiji les « Tōkyō-jissha » sont nommés les sanctuaires « jissha-meguri » (十社巡り), pèlerinage populaires effectués en un aller-retour pour tous les sanctuaires, mais au fil du temps sont tombés dans l'oubli, entre autres à cause de la destruction quasi complète de la plupart des sanctuaires par le bombardement de Tōkyō en 1945. Depuis 1975, le pèlerinage vers ces sanctuaires est redevenu populaire. Les sanctuaires délivrent à chaque pèlerin un petit « ema » avec son image, attaché sur un plus grand « ema » afin de montrer que le propriétaire a effectué le pèlerinage.


Liste des Tōkyō-jissha :


Nezu-jinja (根津神社), Nezu, quartier Bunkyō

Shiba-daijin-gū (芝大神宮), Shiba, quartier Minato

Kanda-myōjin (神田明神), Sotokanda, quartier Chiyoda

Hie-jinja (日枝神社), Nagata-chō, quartier Chiyoda

Kameido-ten-jjinja (亀戸天神社), Kameido, quartier Kōtō

Hakusan-jinja (白山神社), Hakusan, quartier Bunkyō

Shinagawa-jinja (品川神社), Kita-shinagawa, quartier Shinagawa

Tomioka Hachiman-gū (富岡八幡宮), Tomioka, quartier Kōtō

Ōji-jinja (王子神社), Ōji-honchō, quartier Kita

Hikawa-jinja (氷川神社), Akasaka, quartier Minato

asakusa jinja
Asakusa-jinja (浅草神社, ou sanctuaire d'Asakusa), également nommé Sanja-sama (三社様, « Sanctuaire des Trois Divinités »), préfecture de Tōkyō.
atago jinja
Atago-jinja (愛宕神社), préfecture de Tōkyō.
fushimi sanpo inari jinja
Fushimi Sanpō Inari-jinja (伏見三寳稲荷神社), préfecture de Tōkyō.
hanazono jinja
Hanazono-jinja (花園神社), préfecture de Tōkyō.
hie jinja
Hie-jinja (日枝神社), préfecture de Tōkyō.
Kanda myojin
Kanda-myōjin (神田明神, anciennement 神田神社 Kanda-jinja), préfecture de Tōkyō.
kume no heinai do
Kume no Heinai-dō (久米平内堂), préfecture de Tōkyō.
maruyama jinja
Maruyama-jinja (丸山神社), préfecture de Tōkyō.
meiji jingu
Meiji-jingū (明治神宮), préfecture de Tōkyō.
namiyoke inari jinja
Namiyoke Inari-jinja (波除稲荷神社), préfecture de Tōkyō.
nezu jinja
Nezu-jinja (根津神社), préfecture de Tōkyō.
nezu jinja azalees
Les fleurs azalées du Nezu-jinja (根津神社), préfecture de Tōkyō.
okunitama jinja
Ōkunitama-jinja (大國魂神社), préfecture de Tōkyō.
suiten gu
Suiten-gū (水天宮), préfecture de Tōkyō.
takanawa jinja
Takanawa-jinja (高輪神社), préfecture de Tōkyō.
yushima teman gu
Yushima Tenman-gū (湯島天満宮), également Yushima Tenjin (湯島天神) et Yushima-jinja (湯島神社), préfecture de Tōkyō.
togo jinja
Tōgō-jinja (東郷神社), préfecture de Tōkyō.
tomioka hachiman gu
Tomioka Hachiman-gū (富岡八幡宮), préfecture de Tōkyō.
yabo tenman gu
Yabo Tenman-gū (谷保天満宮), préfecture de Tōkyō.

Le « Yasukuni-jinja » (sanctuaire Yasukuni) (靖国神社, « Yasukuni-jinja », littéralement « le sanctuaire shintō du pays apaisé », ancienne graphie : 靖國神社) est un sanctuaire shintō situé dans l'arrondissement de Chiyoda-ku à Tōkyō. Ce sanctuaire fut construit en 1869 pour rendre hommage aux Japonais « ayant donné leur vie au nom de l'empereur du Japon ». Les âmes de plus de deux millions de soldats japonais morts de 1868 à 1951 y sont déifiées.

yabo tenman gu
Statue d'un aviateur japonais au Yasukuni-jinja, préfecture de Tōkyō.

Considéré comme l'un des symboles du passé colonialiste du Japon et des nationalistes, il est célèbre pour les polémiques qu'il suscite en Extrême-Orient, et notamment dans les pays autrefois ayant fait partie de la sphère de « coprospérité » de la grande Asie orientale.

yasukuni jinja
Yasukuni-jinja (靖国神社), préfecture de Tōkyō.
yasukuni jinja
Plaque commeomorative du navire « Hitachi Maru » au Yasukuni-jinja (靖国神社), préfecture de Tōkyō.
yushima tenman gu
Yushima Tenman-gū (湯島天満宮), préfecture de Tōkyō.
heirin ji
Heirin-ji (平林寺), préfecture de Tōkyō.

Le temple Saihō-ji (西芳寺) est surtout connu sous le nom de « Kokedera » (苔寺, « temple des mousses »), à cause des 120 espèces de mousses qu'il abrite. Afin de préserver les mousses du jardin, les autorités ont décidé de limiter l'accès au temple depuis 1977. Une demande écrite doit être faite avant chaque demande de visite, la ponctualité est de rigueur aux heures d'ouverture, et un petit exercice de calligraphie est également de mise.

saiho ji
Saihō-ji (西芳寺), préfecture de Tōkyō.
saiho ji
Saihō-ji (西芳寺), préfecture de Tōkyō.

Le sanctuaire Gōtoku-ji (豪徳寺) a la particularité de posséder plusieurs centaines d'exemplaires de la célèbre statuette « maneki-neko ».

gotoku ji
Gōtoku-ji (豪徳寺), préfecture de Tōkyō.
maneki neko gotoku ji
Maneki-neko (chats porte-bonheur) au Gōtoku-ji (豪徳寺), préfecture de Tōkyō.

C'est cependant le temple Imado-jinja qui est à l'origine du célèbre maneki-neko. On la retrouve sur de nombreuses devantures de magasins en Asie afin d'apporter la bonne fortune au commerce.

maneki neko imado jinja
Maneki-neko (chats porte-bonheur) au Imado-jinja, préfecture de Tōkyō.
maneki neko gotoku ji
Tombe du samouraï Okita Sōji (1844-1868) au Imado-jinja, préfecture de Tōkyō.

Le Sengaku-ji (泉岳寺) a la particularité de renfermer les tombes des « 47 rōnins ». Ces rōnins ont souhaité venger leur ancien maître Asano Naganori, ce dernier ayant été obligé de se faire seppuku, après avoir sorti sa lame dans le palais du shogun. L'histoire des 47 rōnins va être l'objet de nombreuses adaptations théâtrales puis cinématographiques.

sengaku ji
Éntrée du temple Sengaku-ji (泉岳寺), préfecture de Tōkyō.
ronin sengaku ji
Les tombes des 47 rōnins du temple Sengaku-ji (泉岳寺), préfecture de Tōkyō.
oishi kuranosuke ronin sengaku ji
Statue de Ōishi Kuranosuke, meneur des 47 rōnins, temple Sengaku-ji (泉岳寺), préfecture de Tōkyō
femme ronin onodera junai
Esquisse représentant la femme du rōnin Onodera Junai s'apprêtant à effectuer le junshi ou suicide par fidélité (殉死).

Le Sensō-ji (金龍山浅草寺, Kinryū-zan Sensō-ji) est un temple bouddhique situé à Tōkyō, dans le quartier d'Asakusa (arrondissement de Taitō). C'est le plus vieux temple de la capitale japonaise ; il est dédié à la déesse bodhisattva « Kannon ».

senso ji
Sensō-ji (金龍山浅草寺), préfecture de Tōkyō.

La « kaminarimon » (雷門, littéralement « porte du tonnerre ») est la principale voie d'accès au temple. Elle est suivie d'une grande allée commerçante appelée « nakamise-dōri » (仲見世通り), qui se termine par le « hōzōmon » (宝蔵門, littéralement « Porte de la salle aux trésors »). Derrière cette porte se trouve à gauche la pagode à cinq étages, et devant le bâtiment principal (本堂, hondō). Les autres bâtiments se trouvent à gauche du hondō, derrière la pagode : « Yōgōdō » (影向堂), « Yakushidō » (薬師堂), « Awashimadō » (淡島堂) et « Zenizukajizōdō » (銭塚地蔵堂), à l'exception des « Denbōin » (伝法院) et « Chingodō » (鎮護堂) situés devant la pagode.

kaminarimon senso ji
« kaminarimon » du Sensō-ji (金龍山浅草寺), préfecture de Tōkyō.
nakamise dori senso ji
« Nakamise-dōri » du Sensō-ji (金龍山浅草寺), préfecture de Tōkyō.
hozomon pagode senso ji
Hōzōmon et pagode du Sensō-ji (金龍山浅草寺), préfecture de Tōkyō.
hondo senso ji
Hondō du Sensō-ji (金龍山浅草寺), préfecture de Tōkyō.
yogodo senso ji
Yōgōdō du Sensō-ji (金龍山浅草寺), préfecture de Tōkyō.
yakushido senso ji
Yakushidō du Sensō-ji (金龍山浅草寺), préfecture de Tōkyō.
awashimado senso ji
Awashimadō du Sensō-ji (金龍山浅草寺), préfecture de Tōkyō.
zenizukajizodo senso ji
Zenizukajizōdō du Sensō-ji (金龍山浅草寺), préfecture de Tōkyō.

Le San'en-zan Zōjō-ji (三縁山増上寺) est un temple bouddhique qui a notamment la particularité d'être un lieu de recueillement en mémoire des enfants décédés.

nishimukikannon san en zan zojo ji
Nishimukikannon du temple San'en-zan Zōjō-ji (三縁山増上寺), préfecture de Tōkyō.
statuttes nishimukikannon san en zan zojo ji
Nishimukikannon et statuettes du temple San'en-zan Zōjō-ji (三縁山増上寺), préfecture de Tōkyō.
statuttes san en zan zojo ji
Statuettes du temple San'en-zan Zōjō-ji (三縁山増上寺), préfecture de Tōkyō.
statuttes san en zan zojo ji
Statuettes du temple San'en-zan Zōjō-ji (三縁山増上寺), préfecture de Tōkyō.

Fondé en 710, l' Amanawa Shinmei-jinja (甘縄神明神社) est le plus ancien sanctuaire shintō de Kamakura. Il est dédié à la déesse du Soleil Amaterasu. Selon l'ancien document « Histoire du Amanawa-ji Shinmei-gū » conservé par le sanctuaire, le fondateur du Amanawa Shinmei-jinja est le fameux prêtre Gyōki. Un homme puissant et riche nommé Tokitada Someya financa la construction du lieu.

amanawa shinmei jinja
Haiden du Amanawa Shinmei-jinja (甘縄神明神社), préfecture de Kanagawa.
egara tenjin sha
Haiden du Egara Tenjin-sha (荏柄天神社), préfecture de Kanagawa.
kamakura gu
Kamakura-gū (鎌倉宮), préfecture de Kanagawa.

Moto Hachiman (元八幡) est un petit mais très ancien et important sanctuaire historique shintō situé à Kamakura, préfecture de Kanagawa au Japon.

moto hachiman
Moto Hachiman (元八幡), préfecture de Kanagawa.

Le sanctuaire de Hakone (箱根神社, Hakone-jinja) (ou Hakone gongen (箱根権現)) est un sanctuaire shintō situé au bord du lac Ashi à Hakone dans la préfecture de Kanagawa au Japon. Fondé en 757, il se distingue par son torii dont la base est immergée dans le lac et qui offre une des vues les plus connues sur le mont Fuji.

hakone jinja
Sanctuaire de Hakone (箱根神社, Hakone-jinja), préfecture de Kanagawa.
lanterne hakone jinja
Lanterne de pierre du sanctuaire de Hakone (箱根神社, Hakone-jinja), préfecture de Kanagawa.
anzannosugi hakone jinja
Anzannosugi du sanctuaire de Hakone (箱根神社, Hakone-jinja), préfecture de Kanagawa.
hakone jinja vue mont fuji
Vue sur le mont Fuji depuis le sanctuaire de Hakone avec le célèbre torii rouge émergé, préfecture de Kanagawa.
hakone jinja vue mont fuji
Torii rouge du Hakone, préfecture de Kanagawa.

L'histoire exacte du Samukawa-jinja (寒川神社) n'est pas précisément établie. Il est mentionné dans un document du 5eme siècle en relation avec l'Empereur Yūryaku.

samukawa jinja
Samukawa-jinja (寒川神社), préfecture de Kanagawa.

La tradition veut que le sanctuaire Sasuke Inari (佐助稲荷神社) ait été créé par Minamoto Yoritomo. En exil à Izu, Yoritomo fut visité en songe par un vieil homme du village caché de Kamakura qui indiqua à Yoritomo le moment pour commencer à combattre ses ennemis.

sasuke inari jinja
Sasuke Inari-jinja (佐助稲荷神社), préfecture de Kanagawa.
sasuke inari jinja
Sasuke Inari-jinja (佐助稲荷神社), préfecture de Kanagawa.
sasuke inari jinja
Sasuke Inari-jinja (佐助稲荷神社), préfecture de Kanagawa.
mon minamoto
Mon du clan Minamoto

Tsurugaoka Hachiman-gū (鶴岡八幡宮) est le sanctuaire shintō le plus important de Kamakura au Japon.

tsurugaoka hachiman gu
Tsurugaoka Hachiman-gū (鶴岡八幡宮), préfecture de Kanagawa.

Le Zeniarai Benzaiten Ugafuku-jinja (銭洗弁財天宇賀福神社), populairement connu simplement comme le Zeniarai Benten, est un sanctuaire shintō à Kamakura, préfecture de Kanagawa. En dépit de sa petite taille, c'est le deuxième site le plus populaire de Kamakura après le Tsurugaoka Hachiman-gū. Le sanctuaire Zeniarai Benzaiten est populaire parmi les touristes parce que les eaux d'une source dans sa grotte passent pour être en mesure de multiplier l'argent qui y est lavé.

zeniarai benzaiten ugafuku jinja
Intérieur du Zeniarai Benzaiten Ugafuku-jinja (銭洗弁財天宇賀福神社), préfecture de Kanagawa.

Le Tenshōzan Renge-in Kōmyō-ji (天照山蓮華院光明寺) est un temple bouddhique de la secte « jōdo » situé à Zaimokuza, près de Kamakura au Japon. Seul temple urbain important situé près de la mer, Kōmyō-ji est le premier des Kantō Jūhachi Danrin (関東十八檀林), groupe de dix-huit temples jōdos établis durant l'époque d'Edo par Tokugawa Ieyasu, et consacré à la formation des prêtres et à la recherche scientifique.

komyo ji
Chinjūsha du sanctuaire Kōmyō-ji (Tenshōzan Renge-in Kōmyō-ji/天照山蓮華院光明寺) à Kamakura, préfecture de Kanagawa.

Le Kōtoku-in (高徳院) est un temple bouddhique connu pour son « Grand Bouddha » (大仏, daibutsu), une monumentale statue en bronze d'Amitābha Bouddha qui est l'une des plus célèbres icônes du Japon.

kotoku in
Statue d'Amitābha Bouddha du Kōtoku-in (高徳院), préfecture de Kanagawa.

Le Hōkoku-ji (報国寺) est un vieux temple de l'école Kenchō-ji célèbre pour son jardin de bambous.

hokoku ji
Hōkoku-ji (報国寺), préfecture de Kanagawa.
hokoku ji
Hōkoku-ji (報国寺), préfecture de Kanagawa.
chemin hokoku ji
Chemin d'accès du Hōkoku-ji (報国寺), préfecture de Kanagawa.
bambouseraie hokoku ji
bambouseraie du Hōkoku-ji (報国寺), préfecture de Kanagawa.
≈ Pèlerinage de Shikoku

Le pèlerinage de Shikoku (四国八十八箇所, « Shikoku hachijū hakkasho ») est un pèlerinage effectué sur l'île de Shikoku au Japon et qui comprend 88 temples. C'est un pèlerinage circulaire consacré à Kōbō-Daishi, le fondateur du bouddhisme « shingon », mais on y retrouve des pèlerins de toutes les traditions. Le circuit est long de 1 200 km et les pèlerins qui le font entièrement à pied mettent entre 30 et 60 jours pour le terminer.

Les origines du pèlerinage sont incertaines : le moine Kūkai (connu sous le nom de Kōbō-Daishi après sa mort) pourrait en être directement à l’origine, mais il pourrait également s'agir d’Emon Saburō, l’homme le plus riche de Shikoku à l’époque. D'après la légende, ce dernier, lié au Ishite-ji (temple n° 51), a commencé à parcourir l’île à la recherche de Kūkai pour se faire excuser de l’avoir chassé quand ce dernier est venu demander l’aumône. Emon Saburō l’aurait cherché en vain, mais Kūkai lui serait finalement apparu sur son lit de mort pour lui accorder l’absolution.

Le chemin devient populaire au 17ème siècle, un guide est rédigé et publié en 1689 par le moine bouddhiste Yūben Shinnen (宥辡 真念) : le « Shikoku henro michi shirube » (四国遍路道指南). Cet ouvrage se vendit énormément jusqu'à l’ère Meiji (1868-1912) et vaudra à son auteur le surnom de « père du pèlerinage de Shikoku ».

Aujourd'hui il est plutôt fait en quelques jours (les pèlerins ne s'arrêtent que dans les principaux temples) à l'aide de vélos, bus et voitures. Il est divisé en quatre parties correspondant aux quatre préfectures de l’île, à savoir Tokushima, le « chemin de l’éveil » (temples 1 à 23), Kôchi, le « chemin de l’ascèse » (temples 24 à 39), Ehime, le « chemin de l’illumination » (temples 40 à 65) et Kagawa, le « chemin du nirvana » (temples 66 à 88).

Les quatre-vingt-huit temples du pèlerinage de Shikoku
N° temple Nom du temple Municipalité Préfecture
1 Ryōzen-ji (霊山寺) Naruto Tokushima
2 Gokuraku-ji (極楽寺) Naruto Tokushima
3 Konsen-ji (金泉寺) Itano Tokushima
4 Dainichi-ji (大日寺) Itano Tokushima
5 Jizō-ji (地蔵寺) Itano Tokushima
6 Anraku-ji (安楽寺) Kamiita Tokushima
7 Jūraku-ji (十楽寺) Awa Tokushima
8 Kumadani-ji (熊谷寺) Awa Tokushima
9 Hōrin-ji (法輪寺) Awa Tokushima
10 Kirihata-ji (切幡寺) Awa Tokushima
11 Fujii-dera (藤井寺) Yoshinogawa Tokushima
12 Shōsan-ji (焼山寺) Kamiyama Tokushima
13 Dainichi-ji (大日寺) Tokushima Tokushima
14 Jōraku-ji (常楽寺) Tokushima Tokushima
15 Kokubun-ji (国分寺) Tokushima Tokushima
16 Kanon-ji (観音寺) Tokushima Tokushima
17 Ido-ji (井戸寺) Tokushima Tokushima
18 Onzan-ji (恩山寺) Komatsushima Tokushima
19 Tatsue-ji (立江寺) Komatsushima Tokushima
20 Kakurin-ji (鶴林寺) Katsuura Tokushima
21 Tairyū-ji (太竜寺) Anan
22 Byōdō-ji (平等寺) Anan Tokushima
23 Yakuō-ji (薬王寺) Minami Tokushima
24 Hotsumisaki-ji (最御崎寺) Muroto Kōchi
25 Shinshō-ji (津照寺) Muroto Kōchi
26 Kongōchō-ji (金剛頂寺) Muroto Kōchi
27 Kōnomine-ji (神峰寺) Yasuda Kōchi
28 Dainichi-ji (大日寺) Konan Kōchi
29 Kokubun-ji (国分寺) Nankoku Kōchi
30 Zenraku-ji (善楽寺) Kōchi Kōchi
31 Chikurin-ji (竹林寺) Kōchi Kōchi
32 Zenjibu-ji (禅師峰寺) Nankoku Kōchi
33 Sekkei-ji (雪蹊寺) Kōchi Kōchi
34 Tanema-ji (種間寺) Haruno Kōchi
35 Kiyotaki-ji (清滝寺) Tosa Kōchi
36 Shōryū-ji (青竜寺) Tosa Kōchi
37 Iwamoto-ji (岩本寺) Shimanto Kōchi
38 Kongōfuku-ji (金剛福寺) Tosashimizu Kōchi
39 Enkō-ji (延光寺) Sukumo Kōchi
40 Kanjizai-ji (観自在寺) Ainan Ehime
41 Ryūkō-ji (竜光寺) Uwajima Ehime
42 Butsumoku-ji (佛木寺) Uwajima Ehime
43 Meiseki-ji (明石寺) Seiyo Ehime
44 Daihō-ji (大宝寺) Kumakōgen Ehime
45 Iwaya-ji (岩屋寺) Kumakōgen Ehime
46 Jōruri-ji (浄瑠璃寺) Matsuyama Ehime
47 Yasaka-ji (八坂寺) Matsuyama Ehime
48 Sairin-ji (西林寺) Matsuyama Ehime
49 Jōdo-ji (浄土寺) Matsuyama Ehime
50 Hanta-ji (繁多寺) Matsuyama Ehime
51 Ishite-ji (石手寺) Matsuyama Ehime
52 Taisan-ji (Matsuyama) (太山寺) Matsuyama Ehime
53 Enmyō-ji (円明寺) Matsuyama Ehime
54 Enmei-ji (延命寺) Imabari Ehime
55 Nankōbō (南光坊) Imabari Ehime
56 Taisan-ji (泰山寺) Imabari Ehime
57 Eifuku-ji (栄福寺) Imabari Ehime
58 Sennyū-ji (仙遊寺) Imabari Ehime
59 Kokubun-ji (国分寺) Imabari Ehime
60 Yokomine-ji (横峰寺) Saijō Ehime
61 Kōon-ji (香園寺) Saijō Ehime
62 Hōju-ji (宝寿寺) Saijō Ehime
63 Kichijō-ji (吉祥寺) Saijō Ehime
64 Maegami-ji (前神寺) Saijō Ehime
65 Sankaku-ji (三角寺 Shikokuchūō Ehime
66 Unpen-ji (雲辺寺) Miyoshi Tokushima
67 Daikō-ji (大興寺) Mitoyo Kagawa
68 Jinne-in (神恵院) Kan'onji Kagawa
69 Kanon-ji (観音寺) Kan'onji Kagawa
70 Motoyama-ji (本山寺) Mitoyo Kagawa
71 Iyadani-ji (弥谷寺) Mitoyo Kagawa
72 Mandara-ji (曼荼羅寺) Zentsūji Kagawa
73 Shusshaka-ji (出釈迦寺) Zentsūji Kagawa
74 Kōyama-ji (甲山寺) Zentsūji Kagawa
75 Zentsū-ji (善通寺) Zentsūji Kagawa
76 Konzō-ji (金倉寺) Zentsūji Kagawa
77 Dōryū-ji (道隆寺) Tadotsu Kagawa
78 Gōshō-ji (郷照寺) Utazu Kagawa
79 Tennō-ji (天皇寺) Sakaide Kagawa
80 Sanuki Kokubun-ji (国分寺) Takamatsu Kagawa
81 Shiromine-ji (白峯寺) Sakaide Kagawa
82 Negoro-ji (根香寺) Takamatsu Kagawa
83 Ichinomiya-ji (一宮寺) Takamatsu Kagawa
84 Yashima-ji (屋島寺) Takamatsu Kagawa
85 Yakuri-ji (八栗寺) Takamatsu Kagawa
86 Shido-ji (志度寺) Sanuki Kagawa
87 Nagao-ji (長尾寺) Sanuki Kagawa
88 Ōkubo-ji (大窪寺) Sanuki Kagawa
carte perlerinage shikoku
Carte des quatre-vingt-huit temples du pèlerinage de Shikoku.
≈ Pèlerinage de Kansai Kannon :

Le pèlerinage Kansai Kannon (西国三十三所, « Saigoku Sanjūsan-sho ») est un autre pèlerinage de trente-trois temples bouddhiques dans la région du Kansai, semblable au pèlerinage de Shikoku. Outre les trente-trois temples officiels, il existe trois temples supplémentaires appelés bangai (番外). L'image principale dans chaque temple est Kannon, connue des Occidentaux comme la déesse de la miséricorde. Il y a cependant une certaine variation entre les images et les pouvoirs qu'elles possèdent.

Il est de tradition pour les pèlerins de porter des vêtements blancs, des chapeaux de paille coniques et d'utiliser des bâtons de marche. Bien que le trajet fut autrefois parcouru à pied, les pèlerins d'aujourd'hui utilisent généralement des voitures ou des trains. Les pèlerins notent les étapes de leur progression sur un livre de prières (納経帖, « Nōkyō-chō ») que les employés des temples marquent de tampons rouges et de calligraphie japonaise indiquant le numéro du temple, son nom ainsi que le nom spécifique de chaque image de Kannon. Les pèlerins reçoivent les tampons et la calligraphie sur des rouleaux muraux ainsi que sur leurs manteaux blancs.

Les trente-trois temples du pèlerinage Kansai Kannon
N° temple Nom du temple Municipalité Préfecture
1 Seiganto-ji Nachikatsuura Wakayama
2 Ki-mii-dera Wakayama Wakayama
3 Kokawa-dera Kinokawa Wakayama
4 Sefuku-ji Izumi Osaka
5 Fujii-dera Fujiidera Osaka
6 Minamihokke-ji (Tsubosaka-dera) Takatori Nara
7 Oka-dera Asuka Nara
8 Hase-dera Sakurai Nara
9 Nan'endō (Kōfuku-ji) Nara Nara
10 Mimuroto-ji Uji Kyōto
11 Kami Daigo-ji Fushimi-ku, Kyōto Kyōto
12 Shōhō-ji (Iwama-dera) Ōtsu Shiga
13 Ishiyama-dera Ōtsu Shiga
14 Mii-dera Ōtsu Shiga
15 Imakumano Kannon-ji Higashiyama-ku, Kyōto Kyōto
16 Kiyomizu-dera Higashiyama-ku, Kyōto Kyōto
17 Rokuharamitsu-ji Higashiyama-ku, Kyōto Kyōto
18 Chōhō-ji (Rokkaku-dō) Nakagyō-ku, Kyōto Kyōto
19 Gyōgan-ji (Kōdō) Nakagyō-ku, Kyōto Kyōto
20 Yoshimine-dera Nishikyō-ku, Kyōto Kyōto
21 Anao-ji Kameoka Kyōto
22 Sōji-ji Ibaraki Osaka
23 Katsuō-ji Minoh Osaka
24 Nakayama-dera Takarazuka Hyōgo
25 Kiyomizu-dera Katō Hyōgo
26 Ichijō-ji Kasai Hyōgo
27 Engyō-ji Himeji Hyōgo
28 Nariai-ji Miyazu Kyōto
29 Matsunoo-dera Maizuru Kyōto
30 Hōgon-ji Nagahama Shiga
31 Chōmei-ji Ōmihachiman Shiga
32 Kannonshō-ji Ōmihachiman Shiga
33 Kegon-ji Ibigawa Gifu

d/ Région du Chūbu (中部地方)

amatsu jinja
Amatsu-jinja (天津神社), préfecture de Niigata.
kota jinja
Le Kota-jinja (居多神社), préfecture de Niigata.
watatsu jinja
Sanmon du Watatsu-jinja (度津神社), préfecture de Niigata.
yahiko jinja
Yahiko-jinja (弥彦神社), préfecture de Niigata.
takase jinja
Takase-jinja (高瀬神社), préfecture de Toyama.
oyama jinja
Oyama jinja (尾山神社), préfecture d'Ishikawa.
shirayama hime jinja
Shirayama Hime-jinja (白山比咩神社), préfecture d'Ishikawa.

Le Sōji-ji (總持寺) est l'un des deux temples principaux de l'école « sōtō » du bouddhisme zen au Japon.

soji ji
Pagode du temple bouddhique Sōji-ji (總持寺), préfecture d'Ishikawa.

Les sanctuaires asama (浅間神社, Asama-jinja/Sengen jinja) sont des sanctuaires shintō au Japon consacré au culte du kami des volcans en général et du mont Fuji en particulier. Selon le Jinja Honchō, il existe approximativement 1 300 sanctuaires asama dans tout le Japon, essentiellement concentrés dans les préfectures de Shizuoka et de Yamanashi, et à une moindre échelle dans les préfectures de la région de Kantō et d'Aichi. Presque tous les sanctuaires asama sont à portée de vue du mont Fuji. Lorsque cela n'est pas possible en raison de la distance ou des obstacles, une réplique miniature du mont Fuji - appelée Fujizuka (富士塚) et faite de roches de la montagne - est érigée dans l'enceinte du sanctuaire.

asama jinja
Asama-jinja, préfecture de Yamanashi.
pagode arakura sengen
Pagode Chureito du Arakura Sengen, préfecture de Yamanashi.
torii arakura sengen
Torii du Arakura Sengen, préfecture de Yamanashi.

Le Suwa-taisha (諏訪大社), ou « grand sanctuaire Suwa », est un sanctuaire shintō de la préfecture de Nagano au Japon. Vieux de plus de 1 200 ans, c'est un des plus anciens sanctuaires existant, mentionné dans le « Kojiki », texte du 8ème siècle. Il est composé de quatre complexes de bâtiments, le Maemiya (前宮, littéralement « ancien sanctuaire »), le Honmiya (本宮, « sanctuaire principal »), le Harumiya (春宮, « sanctuaire du printemps ») et l'Akimiya (秋宮, « sanctuaire d'automne »).

suwa taisha
Suwa-taisha (諏訪大社), préfecture de Nagano.

Le Togakushi-jinja (戸隠神社) est un sanctuaire shintō situé à Togakushi, préfecture de Nagano au Japon. Le sanctuaire se trouve au sein du parc national de Joshin'etsukogen. Il existe en fait cinq sanctuaires (respectivement Togakushi houkosha, Hino-miko-sha, Togakushi chū-sha, Togakushi oku-sha et kuzuryu-sha).

togakushi jinja
Togakushi-jinja (戸隠神社), préfecture de Nagano.
gifu gokoku jinja
Gifu Gokoku-jinja (岐阜護國神社), préfecture de Gifu.
honjo jinja
Honjō-jinja (本荘神社), préfecture de Gifu.
inaba jinja
Inaba-jinja (伊奈波神社), préfecture de Gifu.
kano tenman gu
Kanō Tenman-gū (加納天満宮), préfecture de Gifu.
keta wakamiya jinja
Keta Wakamiya-jinja (気多若宮神社), préfecture de Gifu.
kashimori jinja
Kashimori-jinja (橿森神社), préfecture de Gifu.
minashi jinja
Haiden du Minashi-jinja (水無神社), préfecture de Gifu.
miwa jinja
Miwa-jinja (三輪神社), préfecture de Gifu.
nagara tenjin jinja
Nagara Tenjin-jinja (長良天神神社), préfecture de Gifu.
nangu taisha
Nangū-taisha (南宮大社), préfecture de Gifu.
tejikarao jinja
Tejikarao-jinja (手力雄神社), préfecture de Gifu.
yoro jinja
Yōrō-jinja (養老神社), préfecture de Gifu.
kegon ji
Temple bouddhique Kegon-ji, préfecture de Gifu.
akihasan hongu akiha jinja
Akihasan Hongū Akiha-jinja (秋葉山本宮秋葉神社), préfecture de Shizuoka.

Le Fujisan Hongū Sengen-taisha (富士山本宮浅間大社) est un sanctuaire shintō situé dans la ville de Fujinomiya de la préfecture de Shizuoka au Japon. C'est l'ichi-no-miya de l'ancienne province de Suruga et le sanctuaire principal des 1 300 sanctuaires asama du pays. Le sanctuaire bénéficie d'un emplacement étendu dans le centre-ville de Fujinomiya. En outre, tout le sommet du mont Fuji - à partir de la 8ème étape - est considéré comme faisant partie des terrains du sanctuaire.

fujisan hongu Sengen taisha
Fujisan Hongū Sengen-taisha (富士山本宮浅間大社), préfecture de Shizuoka.
izusan jinja
Izusan-jinja (伊豆山神社), préfecture de Shizuoka.

Le Kunō-zan Tōshō-gū (久能山東照宮) est un sanctuaire shintō dans l'arrondissement Suruga-ku de la ville de Shizuoka, préfecture de Shizuoka au Japon. C'est le lieu de sépulture initial du premier shōgun du shogunat Tokugawa, Tokugawa Ieyasu, et donc le plus ancien sanctuaire tōshō-gū du pays.

kuno zan tosho gu
Kunō-zan Tōshō-gū (久能山東照宮), préfecture de Shizuoka.
kuno zan tosho gu
Haiden du Kunō-zan Tōshō-gū (久能山東照宮), préfecture de Shizuoka.
mishima taisha
Honden du Mishima-taisha (三嶋大社), préfecture de Shizuoka.
oguni jinja
Haiden du Oguni-jinja (小國神社), préfecture de Shizuoka.

Shizuoka Sengen-jinja (静岡浅間神社) est le nom collectif d'un groupe de trois sanctuaires shintōs formant une association religieuse unique, situés au mont Shizuhata dans l'arrondissement d'Aoi-ku à Shizuoka (préfecture de Shizuoka), au Japon. Ces sanctuaires sont le Kambe-jinja (神部神社), le Sengen-jinja (浅間神社) et l'Ohtoshimioya-jinja (大歳御祖神社).

En plus des trois sanctuaires principaux, le complexe de sanctuaire Shizuoka Sengen-jinja dispose également de quatre sanctuaires subsidiaires :
a/ Le Hayama-jinja (麓山神社), fondé en 1878 et consacré à Ōyamatsumi-no-Mikoto et à Yamato-takeru ;
b/ Le Yachiho-jinja (八千戈神社), fondé en 1873 est un regroupement de 18 petits sanctuaires et 13 petites chapelles des environs ;
c/ Le Sukunahiko-jinja (少彦名神社), anciennement Yakushi-do du Kambe-jinja, transformé en sanctuaire au cours de l'ère Meiji en raison de la séparation du bouddhisme et du shintō. Le Tamahoko-jinja (玉鉾神) dédié aux quatre principaux lettrés kokugaku de l'époque d'Edo.

shizuoka sengen jinja
Shizuoka Sengen-jinja (静岡浅間神社), préfecture de Shizuoka.
yaizu jinja
Haiden du Yaizu-jinja (焼津神社), préfecture de Shizuoka.

Le Kinomiya jinja et son camphrier géant vieux de 2 000 ans.

kinomiya jinja
Kinomiya jinja, préfecture de Shizuoka.
camphrier kinomiya jinja
Camphrier Kinomiya jinja, préfecture de Shizuoka.
camphrier kinomiya jinja
Camphrier Kinomiya jinja, préfecture de Shizuoka.

L'Atsuta-jingū (熱田神宮) est considéré comme le second sanctuaire le plus sacré du Japon. Il renferme notamment un des trois trésors impériaux du Japon (l'épée légendaire « Atsuta-jingū »).

atsuta jingu
Hall des prières du Atsuta-jingū (熱田神宮), Nagoya, préfecture d'Aichi.
gokiso hachiman gu
Gokiso Hachiman-gū (御器所八幡宮), Nagoya, préfecture d'Aichi.
kawahara jinja
Torii du Kawahara-jinja (川原神社), Nagoya, préfecture d'Aichi.
masumida jinja
Masumida-jinja (真清田神社), préfecture d'Aichi.
nagoya jinja
Nagoya-jinja (那古野神社), préfecture d'Aichi.
nagoya toshu gu
Nagoya Tōshō-gū (名古屋東照宮), préfecture d'Aichi.
omiwa jinja
Torii du Ōmiwa-jinja (大神神社), préfecture d'Aichi.
rokusho jinja
Rokusho-jinja (六所神社), préfecture d'Aichi.
shiroyama hachiman gu
Shiroyama Hachiman-gū (城山八幡宮), préfecture d'Aichi.

Le Tsushima-jinja (津島神社) est un sanctuaire shintō situé dans la ville de Tsushima, préfecture d'Aichi au Japon. Connu de tout le pays, il est à la tête du réseau de sanctuaires Tsushima et est consacré à ce qu'on appelle le culte Tsushima (津島信仰, Tsushima Shinkō). Ce réseau centré dans la région de Tōkai - avec ses quelque 3 000 sanctuaires affiliés - est en importante le dixième du Japon. Les principaux kamis de cette confession sont Gozutennō (牛頭天王, lit. « roi des cieux à la tête de bœuf »), le dieu des fléaux, et Susanoo, deux divinités qui ont été confondues en une. Pour cette raison, comme d'autres sanctuaires du réseau, Tsushima-jinja est également appelé Tsushima Gozutennō-sha (津島牛頭天王社, lit. « Tsushima Gozutennō »).

tsushima jinja
Tsushima-jinja (津島神社), préfecture d'Aichi.
toga jinja
Toga-jinja (玉前神社), préfecture d'Aichi.
yamada tenman gu
Yamada Tenman-gū, Nagoya, préfecture d'Aichi.
toyokawa inari
Toyokawa Inari (豊川稲荷), préfecture d'Aichi.
reiko zuka toyokawa inari
Reiko-zuka du Toyokawa Inari (豊川稲荷), préfecture d'Aichi.

e/ Région de Kansai (関西地方)

Le sanctuaire d'Ise (伊勢神宮, Ise-jingū) - aussi connu comme le grand sanctuaire d'Ise (伊勢大神宮, Ise daijingū) - est le sanctuaire shintō le plus important du Japon, considéré comme le lieu le plus sacré de cette religion.

Le sanctuaire est en réalité un ensemble complexe composé de plus d'une centaine de petits bâtiments ; il se compose de deux sites principaux : le sanctuaire « intérieur » (内宮, naikū) et le sanctuaire « extérieur » (外宮, gekū). Le premier, dédié à la déesse solaire Amaterasu , est officiellement nommé Kōtai-jingū (皇大神宮) et situé dans le quartier Ujitachi (parfois simplement appelé Uji) ; le second, dédié à la déesse de la nourriture Toyouke, est officiellement nommé Toyouke daijingū (豊受大神宮) et situé dans le quartier Toyokawa. 6 km séparent les deux sanctuaires.

Les sanctuaires sont mentionnés dans les annales du « Kojiki » et du « Nihonshoki » (datant, respectivement, de 712 et 720). D'après cette chronologie officielle, les sanctuaires ont été construits aux alentours de l'an -42, mais il est probable que la plupart aient été construits des siècles plus tard, plutôt vers 690. Réputé pour avoir abrité le miroir sacré de l'Empereur du Japon, le sanctuaire est probablement l'un des lieux les plus sacrés du shintoïsme. L'accès aux lieux est réglementé, le public ne peut visiter qu'une partie des sanctuaires. Le sanctuaire est reconstruit à son image tous les vingt ans, permettant ainsi un gage de pureté - les bâtiments actuels, qui datent de 2013, sont les 62èmes à avoir été construits. Les traditions et les consignes de reconstruction, extrêmement précises, sont transmises dans un ensemble de textes datant du 10ème siècle. Le bois récupéré est envoyé dans tout le pays pour renforcer des édifices religieux, ou encore vendu à des pèlerins. La cérémonie est appelée « shikinen sengū » (式年遷宮).

ise jingu
Bâtiment principal du naikū d'Ise-jingū (伊勢神宮), préfecture de Mie.
tado taisha
Tado-taisha (多度大社), préfecture de Mie.

Le Tsubaki Ōkami-yashiro (椿大神社) est un sanctuaire shintō situé dans la ville de Suzuka, préfecture de Mie au Japon. Tsubaki est le principal sanctuaire du kami Sarutahiko-no-Ōkami et un des plus anciens sanctuaires du Japon. Ame-no-Uzume, l'épouse de Sarutahiko no Ōkami y est également vénérée.

tsubaki okami yashiro
Tsubaki Ōkami-yashiro (椿大神社), préfecture de Mie.

Le Hiyoshi-taisha (日吉大社) est un sanctuaire shintō situé dans la ville de Ōtsu au Japon. Il fait partie de la liste des vingt-deux sanctuaires. Il est dédié au kami Ōkuninushi. Le bâtiment de dévotion de l'Ouest (西本宮, « nishi hon-gū ») et le bâtiment de dévotion de l'Est (東本宮, « higashi hon-gū ») sont classés trésors nationaux dans la catégorie des sanctuaires par l'agence pour les Affaires culturelles. Ce sanctuaire est à la tête du septième plus grand réseau de sanctuaires shintō du Japon avec quelque 4 000 affiliés.

hiyoshi taisha
Higashi Hongū (bâtiment de dévotion à l'est) du sanctuaire Hiyoshi-taisha (日吉大社), préfecture de Shiga.

Le Shirahige-jinja (白鬚神社) est un sanctuaire shintō dédié à Sarutahiko Okami et situé à Takashima, préfecture de Shiga au Japon. Il est le premier en importance des sanctuaires shirahige de tout le Japon.

shirahige jinja
Shirahige-jinja (白鬚神社), préfecture de Shiga.
taga taisha
Taga-taisha (多賀大社), préfecture de Shiga.

On dit que c'est dans le temple Ishiyama-dera (石山寺) que Murasaki Shikibu aurait écrit - en contemplant la pleine lune - l'histoire du « Dit du Genji », considéré comme le plus ancien roman au monde.

chemin ishiyama dera
Chemin d'accès du temple bouddhique de Ishiyama-dera (石山寺), préfecture de Shiga.
pagode ishiyama dera
Tahōtō (Pagode) du temple bouddhique de Ishiyama-dera (石山寺), préfecture de Shiga.
jardin ishiyama dera
Jardin du temple bouddhique de Ishiyama-dera (石山寺), préfecture de Shiga.
pagode ishiyama dera nuit
Tahōtō (Pagode) du temple bouddhique de Ishiyama-dera (石山寺) de nuit, préfecture de Shiga.
lune ishiyama dera nuit
Pleine lune au temple bouddhique de Ishiyama-dera (石山寺) de nuit, préfecture de Shiga.
mii dera
Kondō du temple bouddhique de Mii-dera (三井寺), préfecture de Shiga.
takebe taisha
Mon du Takebe-taisha (建部大社) ou Takebe-jinja (建部神社), préfecture de Shiga.

Le Hōgon-ji se trouve sur l'île Chikubu sacrée de la préfecture de Shiga au Japon. Il fait partie du complexe d'un temple situé sur l'île vénérée. C'est un temple bouddhique consacré à la déesse Benzaiten. Il aurait été construit en 724 à la demande de l'Empereur Shomu.

vue mer hogon ji
Vue de la mer du temple bouddhique Hōgon-ji, préfecture de Shiga.
hogon ji
Temple bouddhique Hōgon-ji, préfecture de Shiga.
funa roka hogon ji
Funa-rôka (couloir en bois) reliant le sanctuaire et le temple, préfecture de Shiga.
karamon hogon ji
Karamon du temple bouddhique Hōgon-ji, préfecture de Shiga.
chomei ji
Temple bouddhique Chōmei-ji, préfecture de Shiga.

Lieu de culte de l'école tendai - fondé au début du 9ème siècle selon la volonté du cinquante-quatrième empereur du Japon - et dédié au Bouddha de la médecine : Yakushi Nyorai, le complexe architectural bouddhique « Saimyō-ji » (西明寺) comprend quelques trésors nationaux et un parc, classé site historique, lieu de beauté pittoresque et monument naturel du Japon. Ce dernier, peuplé de diverses espèces d'arbustes et d'arbres à fleurs, se pare de couleurs et accueille de nombreux visiteurs dès le réveil de la nature au printemps et jusqu'aux premiers froids de l'hiver.

saimyo ji
Saimyō-ji (西明寺), Kotō-sanzan Saimyōji (湖東三山西明寺) ou encore Ryūōzan Saimyōji (龍應山西明寺), préfecture de Shiga.
saimyo ji
Parc près du Saimyō-ji (西明寺), préfecture de Shiga.

Le célèbre pavillon d'argent du Ginkaku-ji (銀閣寺), à Kyōto. Le pavillon d'argent a été construit en 1482 par le shogun Ashikaga Yoshimasa. La guerre d'Onin se prolongeant, le bâtiment n'a finalement jamais été recouvert de feuilles d'argent. Il est aujourd'hui comme un modèle pour son style simple et épuré.

ginkaku ji
Pavillon d'argent du Ginkaku-ji (銀閣寺), préfecture de Kyōto.
ginkaku ji jardin
Vue du jardin du Ginkaku-ji (銀閣寺), préfecture de Kyōto.
ginkaku ji etang
Étang du Ginkaku-ji (銀閣寺), préfecture de Kyōto.
ginkaku ji etang
Étang devant le tōgudo du Ginkaku-ji (銀閣寺), préfecture de Kyōto.
ginkaku ji cimes
Le Ginkaku-ji (銀閣寺) vu des cimes, préfecture de Kyōto.
ginkaku ji hiver
Le Ginkaku-ji (銀閣寺) en hiver, préfecture de Kyōto.

Le non moins celèbre pavillon d'or du Kinkaku-ji (金閣寺), toujours à Kyōto, a été commencé par Saionji Kintsune au 13ème siècle. L'ancien shōgun Ashikaga Yoshimitsu rachète le site au clan Saionji et construit une villa qui deviendra sa résidence principale. Le bâtiment ayant été détruit en 1950 par un incendie criminel d'un moine, le site n'est plus considéré comme un « trésor national », le parc du temple est cependant classé « site historique spécial du Japon ».

kinkaku ji
Pavillon d'or du Kinkaku-ji (金閣寺), préfecture de Kyōto.
kinkaku ji
Pavillon d'or du Kinkaku-ji (金閣寺), préfecture de Kyōto.
kinkaku ji
Pavillon d'or du Kinkaku-ji (金閣寺), préfecture de Kyōto.
phenix kinkaku ji
Le phénix chinois « fenghuang » sur le toit du pavillon d'or du Kinkaku-ji (金閣寺), préfecture de Kyōto.
stele kinkaku ji
Stèle au Kinkaku-ji (金閣寺), préfecture de Kyōto.

Le Fushimi Inari-taisha (伏見稲荷大社) est le sanctuaire principal de la déesse Inari et est situé dans le district de Fushimi-ku à Kyōto. Ce complexe est composé de petits sanctuaires disséminés sur l'ensemble d'une montagne, ainsi que de bâtiments principaux au pied de cette dernière. Il englobe la montagne également nommée « Inari », haute de 233 mètres au dessus du niveau de la mer. Le sommet est atteignable en environ deux heures de marche via l'un des chemins qui s'étendent sur environ 4 km.

Ce sanctuaire d'une superficie de 870 000 m2 est surtout connu pour ses 10 000 torii (鳥居) vermillon, formant un chemin sur la colline sur laquelle le temple est construit. Ces torii (鳥居) sont pour la plupart des dons faits par des particuliers, des familles ou des entreprises à Inari. Le nom des donateurs figure souvent sur les montants du torii (鳥居). Le coût d’un torii (鳥居) valait en août 2016 entre 175 000 et 1 302 000 yens (entre 1 400 et 10 400 euros).

fushimi inari taisha
La porte principale du Fushimi Inari taisha (伏見稲荷大社), préfecture de Kyōto.
torii fushimi inari taisha
Allée de toriis (鳥居) du Fushimi Inari-taisha (伏見稲荷大社), préfecture de Kyōto.
heian jingu
Heian-jingū (平安神宮), préfecture de Kyōto.
hirano jinja
Heiden du Hirano-jinja (平野神社), préfecture de Kyōto.
imamiya jinja
L'Imamiya-jinja (今宮神社), préfecture de Kyōto.

L'Iwashimizu Hachiman-gū (石清水八幡宮), un des trois grands sanctuaires Hachiman-jinja du Japon, fait partie des « Chokusaisha » (sanctuaires shintōs recevant la visite d'un représentant de l'Empereur du Japon lors des festivals). Il est situé dans la ville de Yawata, préfecture de Kyōto. Étant construit sur le Mont « Otokoyama », il est aussi parfois appelé Otokoyama Hachiman-gū.

iwashimizu hachiman gu
Iwashimizu Hachiman-gū (石清水八幡宮), préfecture de Kyōto.

Les sanctuaires kamo (賀茂神社, Kamo-jinja) Kamigamo-jinja (上賀茂神社, sanctuaire Kamo supérieur) et Shimogamo-jinja (下鴨神社, sanctuaire Kamo inférieur) sont une paire de sanctuaires shintōs de Kyōto. Le Kamigamo-jinja (上賀茂神社) est un des plus importants et anciens sanctuaires shintōs du Japon.

kamigamo jinja
Kamigamo-jinja (上賀茂神社), préfecture de Kyōto.
shimogamo jinja
Shimogamo-jinja (下鴨神社), préfecture de Kyōto.
shimogamo jinja
Shimogamo-jinja (下鴨神社), préfecture de Kyōto.
kenkun jinja
Honden du Kenkun-jinja (建勲神社), préfecture de Kyōto.
kifune jinja
Escalier menant au Kifune-jinja (貴船神社), préfecture de Kyōto.
kitano tenman gu
Kitano Tenman-gū (北野天満宮), préfecture de préfecture de Kyōto.
kono jinja
kono-jinja (籠神社), préfecture de préfecture de Kyōto.

Le Kyōto Ryōzen Gokoku-jinja (京都霊山護国神社) est un sanctuaire shintō qui honore les héros du Japon, particulièrement ceux de la période du Bakumatsu et de la restauration de Meiji.

tokyo ryozen gokoku jinja
Kyōto Ryōzen Gokoku-jinja, préfecture de préfecture de Kyōto.
matsunoo taisha
Matsunoo-taisha (松尾大社, « Grand sanctuaire de Matsunoo »), préfecture de préfecture de Kyōto.
nonomiya jinja
Nonomiya-jinja (野宮神社), préfecture de préfecture de Kyōto.
oharano jinja
Ōharano-jinja (大原野神社), préfecture de préfecture de Kyōto.
seimei jinja
Seimei-jinja (晴明神社), préfecture de préfecture de Kyōto.
shiramine jingu
Shiramine-jingū (白峯神宮), préfecture de préfecture de Kyōto.
toyokuni jinja
Toyokuni-jinja (豊国神社), préfecture de Kyōto.
umenomiya jinja
Honden du Umenomiya-jinja (梅宮大社), préfecture de Kyōto.
yasaka jinja
Yasaka-jinja (八坂神社), préfecture de Kyōto.
lanternes yasaka jinja
Lanternes lumineuses au Yasaka-jinja (八坂神社), préfecture de Kyōto.
yoshida jinja
Yoshida-jinja (吉田神社), préfecture de Kyōto.

Mimuroto-ji : le temple-jardin des fleurs.

mimuroto ji
Temple bouddhique du Mimuroto-ji, préfecture de Kyōto.
mimuroto ji
Temple bouddhique du Mimuroto-ji, préfecture de Kyōto.
mimuroto ji
Temple bouddhique du Mimuroto-ji, préfecture de Kyōto.
mimuroto ji
Temple bouddhique du Mimuroto-ji, préfecture de Kyōto.
mimuroto ji
Temple bouddhique du Mimuroto-ji, préfecture de Kyōto.
mimuroto ji
Temple bouddhique du Mimuroto-ji, préfecture de Kyōto.
mimuroto ji
Temple bouddhique du Mimuroto-ji, préfecture de Kyōto.
mimuroto ji
Temple bouddhique du Mimuroto-ji, préfecture de Kyōto.
mimuroto ji
Temple bouddhique du Mimuroto-ji, préfecture de Kyōto.
daigo ji
La pagode à cinq étages du temple bouddhique Daigo-ji (醍醐寺), préfecture de Kyōto.
daigo ji automne
Le Daigo-ji au printemps, préfecture de Kyōto.
daigo ji automne
Le Daigo-ji en automne, préfecture de Kyōto.
kannon ji
Temple bouddhique Imakumano Kannon-ji, préfecture de Kyōto.

Le temple Kiyomizu ou Kiyomizu-dera (清水寺) fait référence à un complexe de temples bouddhiques et shintoïstes mais est principalement utilisé pour l'Otowa-san Kiyomizu-dera (音羽山清水寺), à l'Est de Kyōto, un des endroits les plus célèbres de la ville.

kiyomizu dera
Temple bouddhique Kiyomizu-dera (清水寺), préfecture de Kyōto.
kiyomizu dera
Temple bouddhique Kiyomizu-dera (清水寺), préfecture de Kyōto.
kiyomizu dera
Temple bouddhique Kiyomizu-dera (清水寺), préfecture de Kyōto.
choho ji
Temple bouddhique Chōhō-ji (頂法寺), préfecture de Kyōto.
gyogan ji
Kōdō du temple bouddhique Gyōgan-ji, préfecture de Kyōto.
yoshmine dera
Sanmon du temple bouddhique Yoshimine-dera (善峯寺), préfecture de Kyōto.
yoryu no matsu yoshmine dera
Le pin appelé « dragon glissant » (« Yōryu no matsu ») du temple bouddhique Yoshimine-dera (善峯寺), préfecture de préfecture de Kyōto.
nariai ji
Temple bouddhique Nariai-ji, préfecture de préfecture de Kyōto.
matsunoo dera
Temple bouddhique Matsunoo-dera, préfecture de préfecture de Kyōto.

Le Myōshin-ji (妙心寺) est un temple situé à Kyōto. L'école Myōshin-ji du bouddhisme zen « rinzai » est la plus grande école de rinzai-shū. Cette école dispose de plus de 3 000 temples et 19 monastères à travers tout le Japon.

myoshin ji
Hattō du Myōshin-ji, préfecture de préfecture de Kyōto.

Le village de Takao regroupe les temples de Jingo-ji (神護寺), de Saimyō-ji, et de Kōzan-ji (高山寺).

kondo jingo ji
Kondō du Jingo-ji (神護寺), préfecture de Kyōto.
honbo jingo ji
Honbō du Jingo-ji (神護寺), préfecture de Kyōto.
chemin jingo ji
Chemin d'accès au Jingo-ji (神護寺), préfecture de Kyōto.
saimyo ji
Saimyo-ji, préfecture de Kyōto.
saimyo ji
Saimyo-ji, préfecture de Kyōto.
saimyo ji
Saimyo-ji, préfecture de Kyōto.
pont saimyo ji
Pont au Saimyo-ji, préfecture de Kyōto.
kozan ji
Kōzan-ji (高山寺), préfecture de Kyōto.
kozan ji
Kōzan-ji (高山寺), préfecture de Kyōto.
chemin kozan ji
Chemin d'accès au Kōzan-ji (高山寺), préfecture de Kyōto.
chemin kozan ji
Chemin d'accès au Kōzan-ji (高山寺), préfecture de Kyōto.
chemin kozan ji
Chemin d'accès au Kōzan-ji (高山寺), préfecture de Kyōto.
hon do tofuku ji
Hon-dō du Tōfuku-ji (東福寺), préfecture de Kyōto.
sanmon tofuku ji
Sanmon du Tōfuku-ji (東福寺), préfecture de Kyōto.
jardin sanmon tofuku ji
Jardin du Tōfuku-ji (東福寺), préfecture de Kyōto.
allee sanmon tofuku ji
Allée du Tōfuku-ji (東福寺), préfecture de Kyōto.
koshohorin ji
Jardin du temple Kōshōhōrin-ji (興聖法林寺 ou Kōshō-ji/興聖寺), préfecture de Kyōto.
koshohorin ji
Jardin du temple Kōshōhōrin-ji (興聖法林寺 ou Kōshō-ji/興聖寺), préfecture de Kyōto.
koshohorin ji
Jardin du temple Kōshōhōrin-ji (興聖法林寺 ou Kōshō-ji/興聖寺), préfecture de Kyōto.
byodo in
Byōdō-in (平等院), préfecture de Kyōto.

Le Shōren-in (青蓮院) est un temple mortuaire pour la maison impériale du Japon. Il y demeure le tombeau officiel de l'Empereur Hanazono. Le complexe du temple contient un jardin où se trouvent un massif camphrier (« kusonoki ») âgé de huit cents ans et un bassin rempli de larges pierres alimenté par une petite chute d'eau.

shoren in
Shōren-in (青蓮院), préfecture de Kyōto.
camphrier shoren in
Le camphrier du Shōren-in (青蓮院), préfecture de Kyōto.
camphrier shoren in
Le camphrier du Shōren-in (青蓮院), préfecture de Kyōto.
shoren in
Shōren-in (青蓮院), préfecture de Kyōto.
shoren in
Shōren-in (青蓮院), préfecture de Kyōto.
ryoan ji
Ryōan-ji (竜安寺 / 龍安寺, littéralement « Temple du repos du dragon »), préfecture de Kyōto
ryoan ji
Ryōan-ji, préfecture de Kyōto.
ryoan ji
Ryōan-ji, préfecture de Kyōto.

Le Daikaku-ji (大覚寺) est une ancienne résidence secondaire impériale.

shoshinden daikaku ji
Shoshinden du Daikaku-ji (大覚寺), préfecture de Kyōto.
daikaku ji
Daikaku-ji (大覚寺), préfecture de Kyōto.
daikaku ji
Daikaku-ji (大覚寺), préfecture de Kyōto.

Le Sanzen-in (三千院), aussi appelé Ōjō Gokuraku-in, est un temple bouddhique de l'école tendai « monzeki » situé à Ōhara à Kyōto. Le temple est situé dans le village montagneux d'Ohara.

acces sanzen in
Chemin d'accès au Sanzen-in (三千院), préfecture de Kyōto.
sanzen in
Sanzen-in (三千院), préfecture de Kyōto.
sanzen in
Sanzen-in (三千院), préfecture de Kyōto.
sanzen in
Sanzen-in (三千院), préfecture de Kyōto.
sanzen in
Sanzen-in (三千院), préfecture de Kyōto.

Le Chion-in (知恩院, Chion-in) dans l'arrondissement de Higashiyama-ku à Kyōto, est le siège du jōdo-shū (« secte de la Terre pure ») fondé par le moine bouddhiste Hōnen (1133-1212).

chion in
Sanmon du Chion-in (知恩院), préfecture de Kyōto.
chion in
Chion-in (知恩院), préfecture de Kyōto.
chion in
Chion-in (知恩院), préfecture de Kyōto.
nishi hongan ji
Nishi Hongan-ji (西本願寺), préfecture de Kyōto.
nishi hongan ji
Nishi Hongan-ji (西本願寺), préfecture de Kyōto.
higashi hongan ji
Higashi Hongan-ji (東本願寺), préfecture de Kyōto.

Le Otagi Nenbutsu-ji (愛宕念仏) est un temple bouddhique possédant en son sein plus de 1 200 statues en pierre « rakan » représentant les disciples de Bouddha.

otagi nenbutsu ji
Otagi Nenbutsu-ji (愛宕念仏), préfecture de Kyōto.
otagi nenbutsu ji
Otagi Nenbutsu-ji (愛宕念仏), préfecture de Kyōto.
statuettes otagi nenbutsu ji
Statuettes du Otagi Nenbutsu-ji (愛宕念仏), préfecture de Kyōto.
statuettes otagi nenbutsu ji
Statuettes du Otagi Nenbutsu-ji (愛宕念仏), préfecture de Kyōto.
statuettes otagi nenbutsu ji
Statuettes du Otagi Nenbutsu-ji (愛宕念仏), préfecture de Kyōto.
otagi nenbutsu ji
Otagi Nenbutsu-ji (愛宕念仏), préfecture de Kyōto.

Le Tō-ji (東寺) dispose de la plus grande pagode du Japon.

to ji
Le Tō-ji (東寺), préfecture de Kyōto.
pagode to ji
Pagode du Tō-ji (東寺), préfecture de Kyōto.

Le Nanzen-ji est l'un des cinq grands temples zen de Kyōto. C'est aussi le quartier général de la branche Nanzen-ji, une des quatorze branches que compte l'école rinzai .

nanzen ji
Nanzen-ji (南禅寺), préfecture de Kyōto.
nanzen ji
Nanzen-ji (南禅寺), préfecture de Kyōto.
nanzen ji
Nanzen-ji (南禅寺), préfecture de Kyōto.

Le temple bouddhique Adashino Nenbutsu-ji (化野念仏寺) se caractérise par le rassemblement d'environ huit mille statuettes bouddhiques - symbolisant les esprits des morts - collectées vers 1903 et dispersées tout autour d'Adashino.

nenbutsu ji
Adashino Nenbutsu-ji (化野念仏寺), préfecture de Kyōto.
statuettes nenbutsu ji
Statuettes au Adashino Nenbutsu-ji (化野念仏寺), préfecture de Kyōto.
cloche nenbutsu ji
Cloche au Adashino Nenbutsu-ji (化野念仏寺), préfecture de Kyōto.
hiraoka jinja
Honden du Hiraoka-jinja (枚岡神社), préfecture d'Ōsaka.
hokoku jinja
Hōkoku-jinja (豊國神社), préfecture d'Ōsaka.
otori taisha
Ōtori taisha (大鳥神社), préfecture d'Ōsaka.
minase jingu
Minase jingū (水無瀬神宮), préfecture d'Ōsaka.
mitami jinja
Mitami-jinja (美多彌神社), préfecture d'Ōsaka.
osaka tenman gu
Ōsaka Tenman-gū (大阪天満宮), préfecture d'Ōsaka.
sanko jinja
Sankō-jinja (三光神社), préfecture d'Ōsaka.
sumiyoshi taisha
Sumiyoshi-taisha (住吉大社), préfecture d'Ōsaka.
pont sumiyoshi taisha
Sorihashi (pont tambour) du Sumiyoshi-taisha (住吉大社), préfecture d'Ōsaka.
nankun sha sumiyoshi taisha
Nankun-sha du Sumiyoshi-taisha (住吉大社), préfecture d'Ōsaka.
tamatsukuri inari jinja
Tamatsukuri Inari-jinja (玉造稲荷神社), préfecture d'Ōsaka.
katsuo ji
Temple bouddhique Katsuō-ji (勝尾寺), préfecture d'Ōsaka.

Selon les chroniques historiques du « Nihon Shoki », le sanctuaire Hirota est un des trois sanctuaires établi par l'impératrice Jingū au 3ème siècle. Selon la légende, Amaterasu, déesse du Soleil la plus importante divinité du shintoïsme, parle et déclare qu'elle-même et les autres dieux du Japon doivent être vénérés à Hirota, au Nagata-jinja, au Ikuta-jinja et au Sumiyoshi-taisha.

hirota jinja
Hirota-jinja (広田神社), préfecture de Hyōgo.
ikuta jinja
Romon de l'Ikuta-jinja (生田神社), préfecture de Hyōgo.
izushi jinja
Izushi jinja (出石神社), préfecture de Hyōgo
koshikiwa jinja
Koshikiiwa-jinja (越木岩神社), préfecture de Hyōgo.
mefu jinja
Mefu-jinja (売布神社), préfecture de Hyōgo.
minatogawa jinja
Minatogawa-jinja (凑川神社), préfecture de Hyōgo.

D’après les Chroniques du Japon du « Nihonshoki », le sanctuaire Nagata-jinja fut construit sur ordre de l’impératrice Jingû (神功皇后) qui, revenant d’une campagne de conquête sur les terres du royaume de Silla en Corée en 201, reçut une vision de la part de la divinité Kotoshiro nushi lui demandant d’être célébrée dans la région de Nagata, près d’un village d’où elle puisse entendre le chant du coq.

nagata jinja
Nagata-jinja (長田神社), préfecture de Hyōgo.
nishinomiya jinja
Nishinomiya-jinja (西宮神社), préfecture de Hyōgo.
sumiyoshi jinja
Sumiyoshi-jinja (住吉神社), préfecture de Hyōgo.
pagode du hokkesan ichijo ji
Pagode du temple bouddhique Hokkesan Ichijō-ji (法華山一乗寺), préfecture de Hyōgo.

L'ensemble des bâtiments du Shoshazan Engyō-ji (書寫山圓教寺) se trouve au sommet du mont Shosha, accessible par le téléporté du mont Shosha.

engyo ji
Jikidō du temple bouddhique Shoshazan Engyō-ji (書寫山圓教寺), préfecture de Hyōgo.
engyo ji
Shoshazan Engyō-ji (書寫山圓教寺), préfecture de Hyōgo.
shoshazan nakayama dera
Temple bouddhique Shoshazan Nakayama-dera, préfecture de Hyōgo.
kiyomizu dera
Temple bouddhique Kiyomizu-dera, préfecture de Hyōgo.

Le temple Tesshin-ji : le temple aux toits de chaume.

hondo tesshin ji
Hondo du temple bouddhique Tesshin-ji, préfecture de Hyōgo.
sanmon tesshin ji
Sanmon du temple Tesshin-ji, préfecture de Hyōgo.

Le Kashihara-jingū (橿原神宮) est un sanctuaire shintō jungū situé au pied de la montagne « Unebiyama » dans la ville de Kashihara, préfecture de Nara, fondé en 1889 par l'Empereur Meiji. L'empereur Jimmu et son épouse, y sont vénérés comme kamis. Le sanctuaire, qui appartient au Chokusaisha, se trouve à l'endroit présumé du Kashihara-gū ((畝傍)橿原宮), le palais du gouvernement du tennō (empereur) Jimmu.

Le Kashihara-jingū est le premier sanctuaire construit par l'État pour honorer le culte de l'Empereur Jimmu, à l'occasion de l'identification des restes présumés de l'empereur dans sa crypte en 1863. Des pèlerinages avaient déjà lieu bien avant le 19ème siècle sur ce monticule-tombe (« misasagi »), qui n'était cependant pas reconnu par les autorités religieuses ou celles de l'État.

kashihara jingu
Kashihara-jingū (橿原神宮), préfecture de Nara.

Le Kasuga-taisha (春日大社) est un sanctuaire shintō de la ville de Nara, dans la préfecture du même nom. Établi en 768 et reconstruit plusieurs fois au cours des siècles, c'est le sanctuaire tutélaire (chinju-sha, 鎮守社) de la famille Fujiwara - famille noble ayant joué un rôle très important dans l'histoire du Japon. L'intérieur est célèbre pour ses nombreuses lanternes de bronze, alors que l’extérieur se distingue par ses nombreuses lanternes de pierre qui mènent au monument.

kasuga taisha
Kasuga-taisha (春日大社), préfecture de Nara.
lanternes kasuga taisha
Lanternes de pierre du Kasuga-taisha (春日大社), préfecture de Nara.
lanternes kasuga taisha
Lanternes en pierre du Kasuga-taisha (春日大社), préfecture de Nara.
lanternes kasuga taisha
Lanternes en bronze du Kasuga-taisha (春日大社), préfecture de Nara.
mon fujiwara
Mon du clan Fujiwara

L'Isonokami-jingū (石上神宮, ou 石上布都御魂神社 Isonokami-futsu-no-mitama-jinja, ou encore 布留大明神 Furu-ōmyojin, etc.) est un sanctuaire shintō situé sur les collines de Tenri (ancient district de Yamabe) dans la préfecture de Nara. C'est l'un des plus anciens sanctuaires shintō du Japon. Il abrite plusieurs artefacts importants. Le sanctuaire d'Isonokami était très considéré à l'époque ancienne et fréquenté par de nombreux membres de la famille impériale. Il a joué un rôle crucial dans l'histoire du début du Japon, en particulier du 3ème siècle au 5ème siècle.

isonokami jingu
Porte du Isonokami-jingū (石上神宮), préfecture de Nara.

L'Ōmiwa-jinja (大神神社), aussi connu sous le nom Miwa-jinja (三輪神社, ou 三輪明神 Miwa-myōjin), est un sanctuaire shintō situé dans la ville de Sakurai, préfecture de Nara. Le sanctuaire est remarquable en ce qu'il ne contient pas d'images ou d'objets sacrés car il est censé servir le mont Miwa, la montagne sur laquelle il se trouve. Pour la même raison, il possède un bâtiment du culte (拝殿, haiden), mais pas d'endroit où héberger la divinité (神殿, shinden). De ce point de vue, il représente ce à quoi devaient ressembler les premiers sanctuaires shintoïstes. Le sanctuaire Ōmiwa est un des plus anciens sanctuaires existants au Japon et son site a été une terre sacrée depuis le Koshintō (période du shintō originel), les plus anciennes pratiques religieuses au Japon. Pour cette raison, il est parfois désigné comme étant le premier sanctuaire du Japon. Ōmiwa-jinja est le sanctuaire tutélaire des brasseurs japonais de saké.

omiwa jinja
L'Ōmiwa-jinja (大神神社), préfecture de Nara.
yoshino mikumari jinja
Yoshino Mikumari-jinja (吉野水分神社), préfecture de Nara.

Le Tanzan-jinja (談山神社) était un site majeur du bouddhisme avant que le mouvement anti-bouddhique de l'ère Meiji conduise à la destruction de nombreux temples bouddhiques au Japon. Le temple originel, une pagode à treize niveaux, est construit en 678. L'actuelle pagode est construite en 1532. Le honden, ou bâtiment principal, est construit dans le style kasuga-zukuri. Le sanctuaire est dédié à « Fujiwara no Kamatari », fondateur du clan Fujiwara.

tanzan jinja
Tanzan-jinja (談山神社), préfecture de Nara.
tanzan jinja pagode
Tanzan-jinja (談山神社) avec sa pagode à 13 étages, préfecture de Nara.
ikoma jinja
Ikoma-jinja (生駒神社), préfecture de Nara.
horyu ji
Chūmon du temple bouddhique Hōryū-ji (法隆寺), préfecture de Nara.
horyu ji pagode
Le kondō et la pagode à cinq étages du temple bouddhique Hōryū-ji (法隆寺), préfecture de Nara.

Hase-dera (長谷寺) est le temple principal de la secte buzan du bouddhisme shingon. Il se trouve dans la ville de Sakurai, préfecture de Nara.

shoro hase dera
Shōrō du temple bouddhique Hase-dera (長谷寺), préfecture de Nara.

Le Kōfuku-ji (興福寺) est un temple bouddhique de la cité de Nara (préfecture de Nara). C'est le temple familial des Fujiwara (藤原氏, Fujiwara-shi) et le principal du bouddhisme hossō-shū (法相宗). Il est également appelé, avec l'Enryaku-ji (延暦寺), Nanto-Hokurei (南都北嶺), terme désignant les deux temples les plus puissants pendant l'ère Heian : le Kōfuku-ji au Sud (Nanto, ville du sud) et l'Enryaku-ji sur le mont Hiei, au Nord (Hokurei, sommet du nord).

kofuku ji
Nanendō du temple bouddhique Kōfuku-ji (興福寺), préfecture de Nara.
shaka do kofuku ji
Shaka-dō du Kōfuku-ji, préfecture de Nara.
pagode kofuku ji
Pagode du temple Kōfuku-ji, préfecture de Nara
chemin kofuku ji
Chemin d'accès au Saito du Kōfuku-ji (興福寺), préfecture de Nara.

Le Tōdai-ji (東大寺, littéralement « Grand temple de l’est »), de son nom complet Kegon-shū daihonzan Tōdai-ji (華厳宗大本山東大寺), est un temple bouddhique situé à Nara au Japon. Il est le centre des écoles « kegon » et « ritsu », mais toutes les branches du bouddhisme japonais y sont étudiées ; le site comprend de nombreux temples et sanctuaires annexes. Dans l’enceinte se trouve la plus grande construction en bois au monde, le Daibutsu-den (大仏殿, Salle du Grand Bouddha), qui abrite une statue colossale en bronze du Bouddha « Vairocana » appelée Daibutsu (大仏), c'est-à-dire « Grand Bouddha ». Le bâtiment, d’une largeur de huit travées de piliers (soit 57 mètres), est un tiers plus petit que le temple originel qui en comprenait douze.

kokke do todai ji
Hokke-dō du temple Tōdai-ji (東大寺), préfecture de Nara.
daibatsu den todai ji
Daibutsu-den du temple Tōdai-ji (東大寺), préfecture de Nara.
shoro todai ji
Shōrō du temple Tōdai-ji (東大寺), préfecture de Nara.
kairo yakushi ji
Kairō du temple Yakushi-ji (薬師寺), préfecture de Nara.
ko do toshodai ji
Kō-dō du Tōshōdai-ji (唐招提寺), préfecture de Nara.

Un Kumano-jinja (熊野神社) désigne au Japon un sanctuaire shintō consacré aux trois montagnes sacrées de Kumano : Hongū, Shingū et Nachi (en japonais, Kumano gongen ou 熊野権現). Il existe plus de trois mille temples de ce type sur l’archipel japonais, chacun dédié à un divinité du shintō transmise par un autre sanctuaire Kumano selon un rite de propagation nommé « bunrei » (分霊) ou « kanjō » (勧請).

kumano jinja
Kumano-jinja (熊野神社), préfecture d’Okayama.

L’origine et le centre spirituel de ces sanctuaires est le complexe religieux du Kumano Sanzan (熊野三山, situé au cœur des montagnes de Kumano), qui comprend entre autres le Kumano Hayatama-taisha (熊野速玉大社) (Shingū), le Kumano Hongū-taisha (Tanabe) et le Kumano Nachi taisha (Nachikatsuura), dans la préfecture de Wakayama.

kumano hayatama taisha
Kumano Hayatama-taisha (熊野速玉大社), préfecture de Wakayama.

Le culte de Kumano remonte à la Préhistoire, précédant toutes les religions modernes du Japon d’aujourd’hui. Les trois sanctuaires du Kumano Sanzan forment le « Sōhonsha » (temples principaux) de tous les autres sanctuaires Kumano. Ils sont éloignés de 20 à 40 km environ dans la préfecture de Wakayama ; un chemin de pèlerinage nommé Kumano sankeimichi (熊野参詣道) permet de les relier. Le Kumano Hayatama-taisha (熊野速玉大社) à Shingū, le Kumano Hongū-taisha (熊野本宮大社) à Tanabe, et le Kumano Nachi-taisha à Nachi (熊野那智大社), forment le complexe sacré du « Kumano Sanzan ».

kumano hongu taisha
Kumano Hongū-taisha (熊野本宮大社), préfecture de Wakayama.
kumano nachi taisha
Kumano Nachi-taisha (熊野那智大社), préfecture de Wakayama.
seiganto ji
Pagode à deux étages du temple bouddhique Seiganto-ji (青岸渡寺), préfecture de Wakayama.
ki mii dera
Temple bouddhique de Ki-mii-dera, préfecture de Wakayama.
tahoto kongo sanmai in
Tahōtō (nijū-no-tō) du Kongō Sanmai-in, préfecture de Wakayama.

Le mont Kōya (高野山, Kōya-san) est un massif montagneux du Japon, situé dans le bourg de Kōya (préfecture de Wakayama), au sud-est d'Ōsaka. Il a donné son nom à un complexe de 117 temples bouddhiques. On compte ainsi les temples du Kongōbu-ji (金剛峯寺), du Garan (伽藍) ou Danjōgaran (壇上伽藍), Konpon daitō (根本大塔) et Jison-in (慈尊院). Le mont Kōya comprend également en son sein le cimetière Okuno-in (奥の院) avec ses 200 000 pierres tombales.

shuden kongobu ji
Shuden du Kongōbu-ji (金剛峯寺), préfecture de Wakayama.
koyasan kongobu ji
Koyasan du Kongōbu-ji (金剛峯寺), préfecture de Wakayama.
koyasan kongobu ji
Koyasan du Kongōbu-ji (金剛峯寺), préfecture de Wakayama.
cimetiere okuno in
Cimetière Okuno-in (奥の院), préfecture de Wakayama.

f/ Région de Chūgoku (中国地方)

hakuto jinja
Hakuto-jinja (白兎神社), préfecture de Tottori.
kamochi jinja
Torii du Kamochi-jinja (金持神社), préfecture de Tottori.
nawa jinja
Nawa Jinja (名和神社), préfecture de Tottori.
ochidani jinja
Ōchidani-jinja (樗谿神社), préfecture de Tottori.
ogamiyama jinja
Ōgamiyama-jinja (大神山神社), préfecture de Tottori.
shitori jinja
Shitori-jinja (倭文神社), préfecture de Tottori.
suwa jinja
Suwa-jinja (諏訪神社), préfecture de Tottori.
ube jinja
Ube-jinja (宇倍神社), préfecture de Tottori.
wasaka jinja
Wakasa-jinja (若桜神社), préfecture de Tottori.

Le sanctuaire Izumo-taisha (出雲大社) est dédié au kami Ōkuninushi-no-mikoto. Il a donné son nom au style d'architecture taisha-zukuri. La date de la fondation du sanctuaire remonterait au 5ème siècle. Les dieux, ou kami, sont censés se rassembler au mois d'octobre, appelés traditionnellement « kannazuki » ou « kaminashizuki », « mois sans dieu », au sanctuaire pour leur réunion annuelle. D’ailleurs, dans la région d’Izumo, ce mois s’appelle « kamiarizuki », « le mois des dieux présents ».

izumo taisha
Izumo-taisha (出雲大社, aussi nommé Izumo no Ōyashiro), préfecture de Shimane.
izumo taisha
Izumo-taisha (出雲大社, aussi nommé Izumo no Ōyashiro), préfecture de Shimane.
shimenawa izumo taisha
shimenawa (corde sacrée) du Izumo-taisha (出雲大社, aussi nommé Izumo no Ōyashiro), préfecture de Shimane.

Classé trésor national, le sanctuaire Kamosu-jinja (神魂神社) vénère Izanami, la déesse de la création et de la destruction, l'un des plus importants dieux du panthéon shintoïste japonais.

kamosu jinja
Kamosu-jinja (神魂神社), préfecture de Shimane.

Le sanctuaire, cité sous le nom Kamigi-kansha dans le recueil « Izumo-no-kuni » Fudoki écrit en 733, était à l'époque placé sous la protection de la famille impériale, laissant supposer ainsi que le sanctuaire fut établi bien antérieurement. Le sanctuaire possède également dans sa salle des trésors une importante collection d'instruments de musique qui ont été offerts en offrande au dieu de la musique. Parmi eux, 846 objets sont classés « bien matériel folklorique important ».


Le sanctuaire Miho est le centre de deux importants évènements religieux, tous deux liés au mythe de la « cession du pays » (国譲り神話, Kuni-yuzuri Shinwa) :

_ le rituel « Aofushigaki » : ayant lieu tous les 7 avril, ce rituel met en scène le départ du dieu Kotoshiro-nushi, lorsque celui décida de se retirer du monde visible après avoir accepté la demande de l'émissaire céleste envoyé à sa rencontre pour lui demander de céder le pays aux Dieux du ciel.
Aofushigaki désigne littéralement en japonais la « barrière de taillis vert » dont Kotoshiro-nushi entoura son bateau afin de se cacher et de disparaître dans la mer. Le rituel consiste en deux embarcations décorées à la manière de ce que le dieu Kotoshiro-nushi avait pu faire. Les deux bateaux s'en vont ensuite symboliquement, accompagnés d'un autre bateau sur lequel jouent des musiciens.

_ le rituel « Morotabune » : se tenant tous les 3 décembre, ce rituel consiste en la mise en scène de la venue des émissaires célestes envoyés à la rencontre de Kotoshiro-nushi, après que son père, Ôkuninushi, qui rencontra les émissaires sur la plage Inasa-ga-hama à Izumo, leur ait dit d'aller demander l'avis de son fils à l'autre bout de la péninsule de Shimane.

miho jinja
Miho-jinja (美保神社), préfecture de Shimane.
sada jinja
Sada-jinja (佐太神社), préfecture de Shimane.

Selon l'une des plus fameuses légendes du « Kojiki », le dieu Susanoo s’installa dans ce temple avec sa jeune épouse, Kushinada-hime (櫛名田比売), après avoir terrassé le dragon à huit têtes, « Yamata-no-Orochi » (八岐大蛇). Depuis, l’endroit est connu comme une terre « musubi » et réputé comme favorisant les mariages heureux.

yaegaki jinja
Yaegaki-jinja (八重垣神社), préfecture de Shimane.
kibitsu jinja
Kibitsu-jinja (吉備津神社), préfecture d’Okayama.
kibitsuhiko jinja
Kibitsuhiko-jinja (吉備津彦神社), préfecture d’Okayama.
hiroshima gokoku jinja
Hiroshima Gokoku-jinja (広島護国神社), préfecture d’Hiroshima.

L'île d'Itsukushima (厳島, Itsukushima), appelée aussi Miya-jima (宮島, Miyajima, littéralement « île Sanctuaire ») est une île se trouvant dans la mer intérieure de Seto, dans la préfecture de Hiroshima. Cette île sanctuaire est considérée comme une île sacrée dans la religion shintō.

itsuku shima
L'île Itsuku-shima (厳島), préfecture d’Hiroshima.

Le sanctuaire d'Itsukushima (厳島神社, Itsukushima-jinja) est un complexe religieux shintō situé dans la ville de Hatsukaichi, sur l'île sanctuaire d'Itsukushima. La construction du sanctuaire, consistant en des structures sur pilotis et des pontons, est due au statut sacré de l'île. Les visiteurs n'avaient en effet pas le droit d'y mettre pied à terre ; ils devaient, en arrivant par bateau, passer sous le torii flottant et accoster sur les pontons.

Le grand torii (大鳥居) flottant du sanctuaire d'Itsukushima est l'une des attractions touristiques les plus populaires du Japon. La vue du torii avec en fond le mont Misen, est désignée comme l'une des « trois vues les plus célèbres du Japon » (日本三景, Nihon sankei, littéralement « les trois vues du Japon ») avec le banc de sable d'Amanohashidate et la baie de Matsushima. On l'appelle aussi « la porte du Japon ».

Itsukushima jinja
Itsukushima-jinja (厳島神社), préfecture d’Hiroshima.
pagode Itsukushima jinja
Pagode du Itsukushima-jinja (厳島神社), préfecture d’Hiroshima.
torii Itsukushima gokoku jinja
Le grand torii (大鳥居) flottant du sanctuaire d'Itsukushima, préfecture d’Hiroshima.
« Vous m'avez reconnu ? Je sais, c'est la classe internationale... »

Le Daishō-in ou Daisyō-in (大聖院) est un temple bouddhique historique situé sur le mont Misen, la montagne sacrée de l'île de Itsukushima, et qui a la particularité de posséder des centaines de statues bouddhiques.

maniden daisho in
Maniden du Daishō-in ou Daisyō-in (大聖院), préfecture d’Hiroshima.
statues daisho in
Statues du Daishō-in ou Daisyō-in (大聖院), préfecture d’Hiroshima.

Fondé en 809 durant l'ère Daidō, le temple Mitaki-dera (三瀧寺) possède trois cascades dont l'eau est offerte en offrande aux victimes du bombardement atomique, durant la cérémonie du mémorial de la paix d'Hiroshima.

statues daisho in
Mitaki-dera (三瀧寺), préfecture d’Hiroshima.
jardin mitaki dera
Jardin du Mitaki-dera (三瀧寺), préfecture d’Hiroshima.
fontaine mitaki dera
Fontaine du Mitaki-dera (三瀧寺), préfecture d’Hiroshima.
akama jingu
Akama-jingū (赤間神宮), préfecture de Yamaguchi.
kinzan kozan ji
Butsuden du temple bouddhique Kinzan Kōzan-ji (金山功山寺), préfecture de Yamaguchi.

g/ Région de Shikoku (四国)

oasahiko jingu
Ōasahiko-jinja (大麻比古神社), préfecture de Tokushima

Situé à 521 m à mi-chemin du sommet du mont Zōzu, le sanctuaire se trouve à la fin d'un long chemin, avec 785 marches vers le sanctuaire principal et un total de 1 368 marches du sanctuaire intérieur. Les pèlerinages au sanctuaire sont populaires depuis l'époque de Muromachi, et aujourd'hui encore souvent des centaines de visiteurs par jour gravissent les marches du mont Zōzu. Sur le chemin vers le sanctuaire se trouve un musée du saké.

kotohira gu
Kotohira-gū (金刀比羅宮), préfecture de Kagawa
shippōzan motoyama ji
Chinjudō du temple bouddhique Shippōzan Motoyama-ji (七宝山 本山寺), préfecture de Kagawa
pagode zentsu ji
Pagode à quatre étages (« gojū-no-tō ») de temple Zentsū-ji (Byōbuura Gogakusan Tanjō-in Zentsū-ji/屏風浦五岳山誕生院善通寺), préfecture de Kagawa

La légende veut que le sanctuaire ait été fondé sur l'emplacement où l'Empereur Chūai et l'impératrice Jingū se sont baignés à Dōgo Onsen - cet évènement est cité dans le « Engishiki ».

isaniwa jinja
Isaniwa-jinja (伊佐爾波神社), préfecture d'Ehime

Le sanctuaire Ōyamazumi-jinja (大山祇神社) est dédié aux dieux qui protègent les marins et les soldats.

oyamazumi jinja
Ōyamazumi-jinja (大山祇神社), préfecture d'Ehime

h/ Région de Kyūshū (九州)

Le Dazaifu Tenman-gū (太宰府天満宮) est un sanctuaire shintō situé à Dazaifu, préfecture de Fukuoka, construit sur la tombe de Sugawara no Michizane. C'est un des principaux sanctuaires dédiés à Tenjin, forme déifiée de Michizane.

dazaifu tenman gu
Dazaifu Tenman-gū (太宰府天満宮), préfecture de Fukuoka.

Le Hakozaki-gū est fondé en 923 avec le transfert de l'esprit du kami Hachiman en provenance du sanctuaire Daibu Hachiman dans ce qui est le honami (commanderie), province de Chikuzen dans le Kyūshū.

Durant la première invasion mongole le 19 novembre 1274 (ère Bun'ei 11, 20ème jour du 10ème mois), les défenseurs japonais sont repoussés de plusieurs sites de débarquement. Au cours des combats qui s'ensuivent, le Hakozaki-gū est détruit par des incendies. Quand le sanctuaire est reconstruit, une calligraphie Tekikoku kōfuku (敵国降伏) est installée sur la porte de la tour. La calligraphie est écrite de la main de l'Empereur Daigo, dédicacé par l'Empereur Daijo Kameyama suppliant que soient défaits les envahisseurs.

hakozaki gu
Hakozaki-gū (筥崎宮), préfecture de Fukuoka.
calligraphie hakozaki gu
Calligraphie Tekikoku kōfuku (敵国降伏) du sanctuaire Hakozaki-gū (筥崎宮), préfecture de Fukuoka.
kashii gu
Kashii-gū (香椎宮), préfecture de Fukuoka.
kora gu
Kōra Taisha (高良大社), préfecture de Fukuoka.
kurume suiten gu
Kurume Suiten-gū (久留米水天宮), préfecture de Fukuoka.
kushida jinja
Kushida-jinja (櫛田神社), préfecture de Fukuoka.

Lors de l'accomplissement du rituel shintō appelé « Mekari shinji » (和布刈神社), de l'algue « wakame » est coupée dans l'océan à marée basse et offerte sur l'autel lors d'une cérémonie menée dans les premières heures du matin de la première journée du Nouvel An selon l'ancien calendrier lunaire. Le rituel, censé porter chance, est classé « bien culturel folklorique immatériel » par la préfecture de Fukuoka.

mekari jinja
Mekari-jinja (和布刈神社), préfecture de Fukuoka.
detroit mekari jinja
Vue du détroit de Kammon à partir du sanctuaire Mekari-jinja (和布刈神社), préfecture de Fukuoka.
miyajidake jinja
Miyajidake-jinja (宮地嶽神社), préfecture de Fukuoka.

Le Munakata Taisha (宗像大社) est un groupe de trois sanctuaires shintō situés à Munakata, préfecture de Fukuoka. Ces trois sanctuaires sont à la tête de quelque 6 000 sanctuaires « munakata » dans tout le pays. Bien que le nom Munakata Taisha désigne les trois sanctuaires — Hetsu-gū, Nakatsu-gū et Okitsu-gū — il est communément utilisé pour ne désigner que celui de Hetsu-gū. Comme indiqué dans les chroniques du « Nihon Shoki », deuxième plus ancien livre du Japon, les sanctuaires sont consacrés aux trois déesses Munakata Ichikishima Hime-no-Kami , Tagitsu Hime-no-Kami et Tagori Hime-no-Kami. Ces kamis sont censées être les filles de la déesse Amaterasu, ancêtre de la famille impériale. Susanoo y a également été adoré pendant de nombreuses années comme le dieu des marins, et il en est venu à être adoré aussi comme le dieu de la sécurité de la circulation sur terre.

Les trois sanctuaires se trouvent dans la préfecture de Fukuoka tout en occupant trois îles différentes. « Hetsu-gū », le sanctuaire principal, est situé sur l'ile de Kyūshū. « Nakatsu-gū » est établi au pied du mont Mitake sur l'île d'Ōshima au large des côtes de Kyūshū. Quant à « Okitsu-gū », il se trouve sur l'île d'Okinoshima située au milieu de la mer de Genkai. Le sanctuaire occupe toute l'île. Les femmes ne sont pas autorisées à poser le pied sur l'île et les hommes doivent effectuer une cérémonie de purification avant d'y débarquer.


Le sanctuaire Hetsu-gū (辺津宮) se trouve sur l'île de Kyūshū, la déité vénérée est Ichikishima Hime-no-Kami (市杵島姫神).

hetsu gu
Hetsu-gū (辺津宮), préfecture de Fukuoka.

Le sanctuaire Nakatsu-gū (中津宮) se trouve sur l'île d'Ōshima, la déité vénérée est Tagitsu Hime-no-Kami (湍津姫神).

nakatsu gu
Nakatsu-gū (中津宮), préfecture de Fukuoka.

Le sanctuaire Okitsu-gū (沖津宮) se trouve sur l'île d'Okinoshima, la déité vénérée est Tagori Hime-no-Kami (田心姫神).

okitsu gu
Okitsu-gū (沖津宮), préfecture de Fukuoka.

Le Sumiyoshi-jinja 住吉神社) est un sanctuaire shintō situé dans l'arrondissement de Hakata à Fukuoka. C'est probablement le plus ancien sanctuaire shintō de l'île de Kyūshū, et passe pour être le plus ancien de tous les sanctuaires sumiyoshi. Les bâtiments, qui datent de 1623, ont été construits sur l'ordre de l'ancien daimyō Kuroda Nagamasa (黒田 長政, 1568–1623).

sumiyoshi jinja
Sumiyoshi-jinja (住吉神社), préfecture de Fukuoka.

Vénéré comme le lieu mythique où l'impératrice Jingū a donné naissance au futur Empereur Ōjin, le sanctuaire Umi Hachiman-gū est toujours fréquenté par celles qui prient pour un accouchement sans risques et une éducation bienveillante des enfants.

umi Hachimangu
Torii du Umi Hachiman-gū (宇美八幡宮), préfecture de Fukuoka.
koyasu no ishiumi Hachimangu
Koyasu-no-ishi (子安の石, « La pierre à prière pour un accouchement sans risques et l'éducation en douceur des enfants ») du sanctuaire Umi Hachiman-gū (宇美八幡宮), préfecture de Fukuoka.
tozan jinja
Tōzan-jinja (陶山神社), préfecture de Saga.

Consacré à Inari, le kami dont les messagers sont les renards, le sanctuaire Yūtoku Inari-jinja (祐徳稲荷神社) est le troisième plus grand du genre au Japon.

yutoku inari jinja
Yūtoku Inari-jinja (祐徳稲荷神社), préfecture de Saga.

Le Sannō-jinja (山王神社, littéralement sanctuaire du roi de la montagne), située à environ 900 mètres au Sud-Est de l'hypocentre de la bombe atomique de Nagasaki, est connu pour son torii en pierre à un seul pied près de l'entrée du sanctuaire. Les arbres survivants du sanctuaire de Sannō sont devenus une autre démonstration vivante de destruction et de renouveau. Deux grands camphriers furent incendiés, brûlés et dépouillés de toutes leurs feuilles par l'onde de choc de la bombe, et pourtant, malgré tout, les arbres ont survécu. Un arbre à Nagasaki a aussi été désigné « monument naturel » le 15 février 1969.

torii sanno jinja
Torii à un pied du Sannō-jinja (山王神社), préfecture de Nagasaki.
suwa jinja
Suwa-jinja (諏訪神社), préfecture de Nagasaki.

Cinq des bâtiments du sanctuaire Aoi Aso-jinja (青井阿蘇神社), le bâtiment principal (本殿, honden), le bâtiment des offrandes (幣殿, heiden), l'oratoire (拝殿, haiden), la porte rōmon (楼門) à deux étages et le couloir (廊, rō), sont classés « trésors nationaux du Japon ».

aoi aso jinja
Aoi Aso-jinja (青井阿蘇神社), préfecture de Kumamoto.

L'Aso-jinja (阿蘇神社) est un des plus anciens et plus importants sanctuaires au Japon. Le sanctuaire abrite plusieurs biens culturels importants du Japon.

aso jinja
Aso-jinja (阿蘇神社), préfecture de Kumamoto.
lanterne pierre aso jinja
Lanterne du pierre dans le sanctuaire d'Aso-jinja (阿蘇神社), préfecture de Kumamoto.
fujisaki hachiman gu
Fujisaki Hachiman-gū (藤崎八幡宮), préfecture de Kumamoto.

Le Katō-jinja (加藤神社) est un sanctuaire shintō situé dans le château de Kumamoto.

kato jinja
Katō-jinja (加藤神社), préfecture de Kumamoto.
kengun jinja
Kengun-jinja (健軍神社), préfecture de Kumamoto.
kikuchi jinja
Kikuchi-jinja (菊池神社), préfecture de Kumamoto.
yatsushiro gu
Yatsushiro-gū (八代宮), préfecture de Kumamoto.
sasamuta jinja
Sasamuta-jinja (西寒多神社), préfecture d'Ōita.
yusuhara hachiman gu
Porte Sud du Yusuhara Hachiman-gū (柞原八幡宮), préfecture d'Ōita.
usa hachiman gu
Usa Hachiman-gū (宇佐八幡宮), préfecture d'Ōita.

Voici le sanctuaire Amanoiwato-jinja (天岩戸神社), se trouvant à proximité de la célèbre grotte d'Amano Iwato, refuge de la déesse Amaterasu, ascendante présumée des Empereurs du Japon.

Amanoiwato jinja
Amanoiwato-jinja (天岩戸神社), préfecture de Miyazaki.
Aoshima jinja
Aoshima-jinja (青島神社), préfecture de Miyazaki.
myyazaki jinja
Miyazaki-jingū (宮崎神宮), préfecture de Miyazaki.
mikado jinja
Mikado-jinja (神門神社), préfecture de Miyazaki.
Le sanctuaire de Takachiho-jinja (高千穂神社) est ouvert aux visites, cependant l'entrée est payante :

_ 500 yen pour une personne de plus de 20 ans.

_ 400 yen pour une personne de moins de 20 ans.

tarachiho jinja
Takachiho-jinja (高千穂神社), préfecture de Miyazaki.
tsuno jinja
Tsuno-jinja (都農神社), préfecture de Miyazaki.

Udo-jingû (鵜戸神宮) est un sanctuaire shintô situé dans la ville de Nichinan, préfecture de Miyazaki. Il est dédié à Ugayafukiaezu, Amaterasu, Amenooshihomimi, Ninigi-no-Mikoto, Hoori et Jimmu.

udo jingu
Udo-jingû (鵜戸神宮), préfecture de Miyazaki.
udo jingu
Udo-jingû (鵜戸神宮), préfecture de Miyazaki.
hirakiki ji
Torii et Honden du sanctuaire Hirakiki-ji (枚聞神社), préfecture de Kagoshima.
kagoshima jingu
Kagoshima-jingū (鹿児島神宮), préfecture de Kagoshima.
terukuni jinja
Terukuni-jinja (照国神社), préfecture de Kagoshima.
kirishima jingu
Kirishima-jingū (霧島神宮), préfecture de Kagoshima.

Le Naminoue-gū (波上宮), littéralement « sanctuaire au-dessus des vagues », est un sanctuaire shintō situé à Naha, sur l'île d'Okinawa au Japon, sanctuaire principal (一の宮, ichi-no-miya) de la préfecture. Il est situé au sommet d'une haute falaise, surplombant la plage de Naminoue et l'océan Pacifique. À l'origine espace sacré de la religion « ryukyuan » en raison de son emplacement et de sa beauté naturelle, il est consacré à « Nirai kanai », la source mythique de toute vie, ainsi qu'à la mer.

naminoue gu
Naminoue-gū (波上宮), préfecture d'Okinawa.
naminoue gu
Honden du Naminoue-gū (波上宮), préfecture d'Okinawa.

Quelques sites internets :

_ Le site mapcarta permet de localiser les sanctuaires et les temples japonais, il suffit de rentrer le nom du sanctuaire ou du temple dans la barre de recherche.



Quelques vidéos des splendides sanctuaires et temples japonais :


Veuillez respecter les différents paliers de décompression pour remonter cette page jusqu'au menu, on n'appuie pas sur la flèche en bas à droite comme un fou furieux, un accident est vite arrivé !
Et tant que vous êtes en bas, vous pouvez admirer un peu la faune environnante :